L’Emergence économique est-elle possible en Afrique Francophone ?

L’émergence économique est-elle possible en Afrique francophone ?

Mamadou Ly

coveremergence

 TABLE DES MATIERES

 Introduction                                                                                                                                                                     1. Le cadre référentiel d’observation                                                                                                                 2. Le cadre comparatif d’observation                                                                                                                  3. Le poids de la France dans le monde et le fardeau français en Afrique

4. Qu’entent-on par « émergence économique » ?                                                                                        5. Les conditions qui mènent a l’émergence économique                                                                       5.1. Taux de croissance                                                                                                                      5.2. Taille de la population                                                                                                              5.3. Diversification de la production                                                                                         5.4.Taux d’ouverture                                                                                                                         5.5. Interaction et intégration au plan mondial                                                                5.6.Recherche et développement                                                                                              5.7.Défense nationale                                                                                                                          6. Les éléments de mise en œuvre pour une économie émergente                                                  7. Les Jalons stratégiques de l’émergence économique

  • Les réserves de change
  • Le crédit et la masse monétaire
  • Le PIB et taux d’intérêts
  • Les importations et exportations
  • La croissance du PIB en volume
  • L’investissement direct
  • Les investissements effectifs a l’étranger
  • L’effet de capture direct sur la base monétaire mondiale
  • Les taux d’intérêts sur les emprunts d’état
  • La structure par actifs des réserves de change des banques centrales
  • La nouvelle stratégie de croissance
  1. Les jalons à mettre en œuvre pour l’émergence en Afrique francophone

8.1.          Jalon 1 : Identification des besoins

8.2.          Jalon 2 : Balance des exportations et des importations

8.3.          Jalon 3 : Impulsion de la production domestique

8.4.          Jalon 4 : Acquisition de la technologie de production

8.5.          Jalon 5 : Amélioration des techniques de production

8.6.          Jalon 6 : Elévation du niveau de qualifications de la main d’œuvre

8.7.          Jalon 7 : Substitution des importations

8.8.          Jalon 8 : Développement des exportations et augmentation salariale

8.9.          Jalon 9 : Acquisition de technologies de production sophistiquée

8.10.       Jalon 10 : Emergence économique

9. Conclusion

  1. Annexes : Perspectives et prospectives d’émergence économique des pays francophones d’Afrique

 

 L’EMERGENCE ECONOMIQUE EST-ELLE POSSIBLE EN AFRIQUE FRANCOPHONE ?

INTRODUCTION

 A l’approche du deadline des objectifs du millénaire pour le développement, un nombre croissant d’états africains galvaude la formule de l’émergence économique aux horizons divers, souvent avec l’objectif de l’atteindre en l’espace de deux décennies voire moins, comme pour conjurer les insuffisances notées depuis les indépendances qui fondent l’assise du bastion de la pauvreté endémique de cette partie du monde.

Tel un buzzword à la mode, le terme « émergence » pend au bout de toutes les lèvres sans vraiment qu’on ne semble mesurer la portée d’une telle énonciation.

L’exercice soumit à notre investigation, ciblant de façon exclusive les pays francophones d’Afrique examine tour-a-tour :

  1. La définition de la notion d’émergence économique telle que nous l’édicte la configuration économique des pays qui l’ont [ou qui prétendent l’avoir] atteint.
  2. Les conditions sous-jacentes qui mènent a son achoppement en tenant compte de la dynamique d’un monde soumis aux mutations accélérées face à celui-là réfractaire aux mêmes mutations tout en restant candidats à cet idéal.
  3. Les éléments de mise en œuvre à même de garantir la réalisation de ce vœux (encore pieux) et selon la possible modification des rigidités ambiantes dans un espace émietté tant par sa géographie que par ses valeurs généralement approximatives en terme de gouvernance économique. Et enfin, on tentera de poser :
  4. Les jalons d’une prospection qui va au-delà de la vision écornée du « leader-éclairé » en phase de tango sur un surplace qui ne voit, hélas, pas au-delà d’un nombrilisme redondant.

Cela énoncé, nous insistons pour dire que cet exercice ne se veut complète ni encore moins exhaustive pour des raisons évidentes, à savoir l’absence de l’usage d’un précis d’analyse qui ira au-delà des chiffres mais qui, plutôt, se bornera à les utiliser pour étayer les tendances soumises à notre attention sur une base purement comparative et de façon informelle.

Pourquoi cette étude exclusivement sur l’Afrique francophone ?

Le ciblage des pays africains d’expression française n’est pas fortuite du fait de la configuration économique spéciale qu’ont ces pays sous la coupole d’une accointance économique directe avec l’ancien colonisateur, la France, chantre d’arrangements commerciaux et financiers uniques au monde.

La seconde raison se dicte par un souci d’indépendance du fait que la kyrielle des études menées sur cette partie du monde émane pour la plupart des chercheurs en commandite ou, du moins, susceptibles d’être influencés par la France, qui, elle-même, pourrait avoir tout intérêt à voiler et/ou à déformer la véracité des conclusions de ces études, au service de desseins très souvent inavoués.

La troisième raison répond d’un souci d’aider réellement les pays francophones d’Afrique de s’émanciper de toute forme de complexes quant à la légitimité d’une aspiration justifiée pour l’atteinte d’une émergence économique réelle qui va au-delà du slogan et du vœux pieux comme cela a toujours été le cas au gré des effets de mode véhiculés a travers une succession de buzzwords au fil des décennies.

Et, enfin, la dernière raison, qui n’est guère la moins importante, commande le bon sens à une évaluation raisonnable des potentialités réelles de cette partie de l’Afrique et l’envisager sous le prisme plus conventionnel d’un monde plus pragmatique, plus ouvert à d’autres modèles de développements, et plus en phase avec l’orthodoxie économique des pays qui ont refusé d’être couvés sous la couette d’un paternalisme condescendant comme s’est encore le cas tant individuellement que collectivement.

  1. LE CADRE REFERENTIEL D’OBSERVATION

Le cadre référentiel d’observation de cette étude s’applique à tous les pays d’Afrique francophone observés tant individuellement que collectivement mais également par groupes sous régionaux et selon s’ils appartiennent ou pas à une zone monétaire pilotée par la France.

Pour les états où la langue française est une langue officielle, il s’agit en l’occurrence des pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée équatoriale, Madagascar, Mali, Niger, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République du Congo, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Tchad, et Togo. A noter ici que bien que n’ayant jamais été des colonies françaises, le Burundi, le Rwanda et la République Démocratique du Congo, ex-colonies belge, sont inclus dans ce cadre référentiel du fait de la prépondérance de l’action économique de la France dans ces pays.

Pour les états où la langue française est une seconde langue, il s’agit de l’Algérie, du Maroc, de Maurice, de la Mauritanie et de la Tunisie.

Ce cadre référentiel d’observation exclu tout autre état-membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dont le français n’est ni une langue officielle ou une seconde langue, tels que : Ghana (anglophone), Mozambique (lusophone) et Sao Tomé-et-Principe (lusophone). Cependant, bien que lusophone, la Guinée-Bissau échappe à cette exclusion du fait de son appartenance à la zone franc FCA. Pour ce qui est de l’Egypte, bien que arabophone et membre de l’OIF, nous avons choisi de l’inclure dans cette étude pour deux raisons essentielles : l’Egypte s’est historiquement réclamée trilingues – a la fois, arabophone, anglophone et francophone – et sa configuration économique permet d’asseoir une assise comparative saine des trois influences économiques (arabe, anglaise et française) qu’elle engendre en elle. Sur ce second volet, nous avons aussi jugé opportun et judicieux d’y inclure le Cap-Vert qui, bien que lusophone, est lui aussi historiquement soumis aux influences presqu’égales du Portugal et de la France.

LES CHIFFRES (DEMOGRAPHIE, SUPERFICIE, DENSITE, PIB ET CROISSANCE)

Nous avons compilés des chiffres essentiels de cette partie du monde émanant des sources les plus fiables notamment de la banque mondiale, du fonds monétaire international, de l’organisation des nations-unis et principalement de l’organisation de coopération et de développement économique (OCDE) pour la conception de nos graphiques et projections.

GRAPHIQUE 1 : ANALYSE GRAPHIQUE DE LA POPULATION

pibhabitant afrique croissance afrique densite afrique pop afrique superficie pib habitant ppa

GRAPHIQUE 2: ANALYSE GRAPHIQUE DE LA SUPERFICIE

GRAPHIQUE 3 : ANALYSE GRAPHIQUE DE LA DENSITE DE LA POPULATION

GRAPHIQUE 4 : ANALYSE GRAPHIQUE DU PIB BASE SUR LA PARITE DU POUVOIR D’ACHAT

GRAPHIQUE 5 : ANALYSE GRAPHIQUE DU PIB PAR HABITANT BASE SUR

LA PARITE DU POUVOIR D’ACHAT

GRAPHIQUE 6 : ANALYSE GRAPHIQUE DE LA CROISSANCE ANNUELLE DU PIB(MOYENNE 2003 – 2012)

  1. LE CADRE COMPARATIF D’OBSERVATION

Nous utilisons divers espaces géographiques comme cadre comparatif d’observation en ce sens qu’elles situent les pays émergents sur plusieurs continents : la Chine, l’Inde et la Russie en Asie ; le Brésil et le Mexique respectivement en Amérique latine et centrale et, l’Afrique du Sud en Afrique.

Ce cadre comparatif d’observation qui s’étend sur trois continents (Afrique, Asie et Amérique) demeure curieusement les seuls espaces géographiques de la terre où subsistent encore des poches de sous-développement plus ou moins endémiques. Paradoxalement, ces trois continents recèlent en eux les plus grandes potentialités de croissance économique et pourvoient de son sein la plus grande quantité des matières premières du monde.

  1. LE POIDS DE LA FRANCE DANS LE MONDE ET LE FARDEAU FRANÇAIS EN AFRIQUE FRANCOPHONE

Pour mieux appréhender la position de la France dans le monde, nous avons trouvé judicieux de l’adosser au sein des pays membre de l’OCDE.

« L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) est née en 1960 lorsque 18 pays européens, les États-Unis et le Canada ont uni leurs forces pour fonder une organisation vouée au développement mondial. Aujourd’hui, l’OCDE compte 34 pays membres à travers le monde, de l’Amérique du Nord et du Sud à l’Europe, en passant par la région Asie-Pacifique. »

Pour la plupart développés, à l’exception de trois pays en phase d’émergence relative (Mexique, Chili et Turquie), les pays qui la compose n’ont aucun précarré en Afrique sauf la France. Donc, au risque de nous répéter, il est essentiel de noter que de tous les pays membres de l’OCDE, la France demeure la seule nation à avoir créée, entretenue et maintenue un precarré qui permet de capturer toutes les richesses à valeur-ajoutée émanant de cette partie du monde mais qui, également, donne la pleine l’attitude de saper tout effort consenti pour le développement de ces pays.

Cinquième puissance économique du monde, la France joue un rôle prépondérant sur le continent africain dans son ensemble et demeure un pivot central particulièrement déterminant dans les pays francophones d’Afrique. Elle est instrumentale au bilan économique de cette partie du monde qui absorbe depuis plus d’une centaine d’années son hégémonie et l’essentiel de son influence à travers le monde.

Elle contrôle sa politique monétaire et financière et possède des bases militaires stratégiquement positionnées à travers ce qu’elle appelle son precarré. Ses multinationales raflent la part du lion des appels d’offres d’envergure et autres prestations cédées par les états francophones de façon quasi-certaine depuis les années d’indépendances.

Sa politique africaine est émaillée de scandales, de manque de transparence et surtout d’une opacité très souvent criminelle faite de coup d’états, d’attentats, de guerres civiles, de déstabilisations des régimes ou de soutiens occultes des dictatures pour le renforcement de son influence et la préservation de ses intérêts économiques et financiers imposés souvent de force.

Il n’y a aucun doute à cela : le rayonnement de la France est passé par l’écrasement de l’Afrique en dépit des dénégations outrancières avancées et de l’impertinence des chiffres agencés de façon cosmétique sur son commerce extérieur. L’essentiel des matières premières des pays francophone d’Afrique est exclusivement exploité et contrôlé par la France pour ses multinationales en situation de monopole sur tous les secteurs d’activités depuis plus d’un siècle.

Des indépendances à nos jours, la politique africaine de la France n’a bougé d’un iota : corruption aux sommets des états, financement occultes des formations politiques hexagonales, chantages politiques, menaces à peine voilées de déstabilisations des régimes récalcitrants, assassinats politiques, créations des guerres et génocides, vassalisations des élites féodales aux ordres, luxures et trafics d’influences, tout y passe.

Le fardeau français en Afrique francophone pourrait incarner cette sorte de pesanteur additionnelle qui alourdit le décollage économique de cette partie du monde tant il pèse sur ces maigres économies à la recherche de leurs marques dans un monde aux mutations accélérées. Malgré cela, il existe encore chez certaines élites africaines cette naïveté béate qui consiste à croire à la bonne foi de cette nation pie-voleuse, reconnue comme telle par la quasi-totalité de ses alliés de l’Occident. Le foreign Office Britannique et le département d’Etat américain recèlent des notes de synthèse et d’analyses politiques qui décrient le rôle néfaste et la mainmise quasi-criminelle de la France sur la perpétuation de la pauvreté en Afrique. Au sein des instances de l’Union européenne, c’est presque toujours vers la France que les regards se tournent à chaque fois qu’il s’agit d’Afrique puisqu’elle semble incarnée la rédemption de l’âme de cette Afrique profonde dont De Gaulle laissait croire à ses homologues alliés qu’elle était « communiste d’essence » pour justifier cette nécessité impérieuse de la surveiller de près.

Le manifeste sentiment anti-français sur le continent gagne de plus en plus de terrain dans les franges de la population des jeunes et de moins-jeunes tel un écho des complaintes et autres lamentations de salon des élites vieillissantes muselées par le truchement des compromissions auxquelles elles ont pris part.

Le développement d’une certaine conception de la France, synonyme de goulot d’étranglement et de partenaire hégémonique qui n’apporte pas grand ‘chose à l’Afrique, prend une ampleur déconcertante et souvent inattendue même au sein des classes moyennes africaines. Surement, parce que ces classes moyennes qui sont les plus instruites demeurent également les franges des populations africaines les plus exposées aux accointances françafricaines via le commerce, l’industrie et les affaires, secteurs caractérisés par le trop plein d’opacités, de corruptions, de concussion et de prévarications.

  1. QU’ENTENT-ON PAR « EMERGENCE ECONOMIQUE »

La définition formelle de l’émergence économique reste encore embryonnaire tant le concept paraît novateur de par sa jeunesse mais aussi si large au point d’inclure en lui un vaste éventail de sous-entendus qui n’est pas toujours en accord avec ce qu’il pourrait représenter dans la réalité.

Une émergence économique, à l’initial, est généralement liée à celle du dynamisme des marchés dans un espace géographique donné. La définition formelle de l’émergence économique part donc d’un concept subjectif qui décline certains critères d’appréciation tant macroéconomiques qu’aux niveaux des firmes, des ménages et de la productivité générale des entreprises à une échelle nationale donnée. L’expression « marchés émergents » qui tire son origine au sein de la Société Financière Internationale (SFI), une filiale du groupe de la Banque Mondiale, est attribuée à l’économiste néerlandais de cette institution Antoine van Agtmael en 1981 « pour parler de pays en développement offrant des opportunités pour les investisseurs ».

En terme de cadrage normatif, l’émergence économique situe ses aspirants ou pays candidats entre les pays dits développés et ceux dits pauvres selon la notion de classification établie par les agences internationales de développement et les organismes supranationaux jugés crédibles de par leurs statistiques.

L’absence d’une définition formelle de l’émergence, au sens strictement économique, soumet ce terme aux fantaisies évidentes, qui ne sont pas toujours fiables et presque toujours complaisantes. A noter que si une croissance économique soutenue sur la durée permet de juguler les intempéries de trésorerie pour les pays en question, elle n’est pas forcément un facteur suffisant pour mener à l’émergence.

En l’espèce, sur une plateforme des étapes, l’émergence économique se trouverait donc entre deux paliers en constante évolution, à savoir au dessus de celui qui dénote une organisation précaire d’une économie quasi-informelle faite essentiellement de bourrasques de lucidités éphémères en terme de prospectives et de perspectives, et en dessous du palier des économies habilement organisées dont la dextérité et la maitrise des aléas économiques englobent la prise en charge efficiente de tous les besoins des populations servies.

La maitrise des externalités des marchés économiques demeurent à ce jour le leitmotiv premier de la science économique et partant, devrait moralement interdire les dirigeants des pays aspirant à l’émergence de bruler les étapes pour une quelconque justification démagogique des attentes de leurs peuples.

Sous le prisme de notre évaluation personnelle, l’émergence économique se définit donc comme une étape intermédiaire vers le développement d’un pays qui a réussit à juguler, d’une part, la panoplie de ses lacunes structurelles en tenant compte de tous les agrégats de sa demande interne, et d’autre part, qui s’est mis en phase de prendre en compte les attentes en bien-être conjugué de ses habitants en terme de fournissement d’emploi, d’éducation, de santé et de la vulgarisation de la libre-entreprise en vue de grossir exponentiellement sa classe moyenne et réduire durablement sa pauvreté.

Il est donc clair que pour atteindre l’émergence économique, tout pays aspirant, devrait se confronter aux challenges inévitables des lois économiques immuables faites de contraintes non seulement sur sa gestion rigoureuse de la demande et de l’offre nationales mais aussi sur une contingence économique qui expose une vérité économique à l’allure cardinale : l’émergence économique d’un pays quelconque se fait au dépens du reste du monde en terme de capture d’opportunités et d’usage des ressources limitées de notre planète.

Fort de cette vérité, la loupe de notre regard sur les pays déjà émergents reflète l’effet du trade-off visible entre les gains enregistrés au niveau de ces pays (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, Mexique … ) en défaveur de la traditionnelle zone économique des pays de l’Occident et particulièrement au sein de ceux de l’OCDE.

Au microscope, chacun des pays émergents précités possèdent des atouts indéniables qui les positionnent de facto comme d’énormes avantages comparatifs difficilement transférables ailleurs et dont la rigidité et l’assise pérenne obligent le monde développé à se conformer à l’équité de partage des gains de la plus-value mondiale en lieu et place du traditionnel marché des dupes imposé d’antan.

C’est à ce prix que l’émergence économique a été possible. Sinon, quel pays membre de l’OCDE pourrait, ne serait-ce que, rêver de ramener sa charge salariale moyenne à celle de la Chine ou se créer artificiellement la superficie arable d’un Brésil qui constitue à lui-seul « la ferme du monde » en terme de satisfaction des besoins alimentaires  mondiaux?

C’est dire déjà que l’ambition de devenir un pays émergent ne pourrait s’accommoder d’aucune norme où il serait possible de substituer d’apparent avantages comparatifs aux alternatives de substitutions elles-mêmes, socle déjà de la dictature des marchés maintenue et imposée par l’Occident et qui demeure la source principale de toute forme d’exploitation des pays démunis depuis près d’un siècle.

Devenir un pays émergent requiert du courage dans le choix des options économiques mais avant cela, l’identification froide de tous les atouts économiques de l’aspirant est nécessaire pour isoler de façon lucide les stratégies qui mèneront à cette émergence. Durant cette phase de prospection, le pays en question doit se préparer à bousculer l’ensemble du prévalant statu quo sur lequel repose sa pauvreté endémique et être à même de rompre tout goulot d’étranglement économique qui le soumet aux « yoyos » des cycles de fatalisme statutaires et d’embellies précaires jamais soutenus dans la durée. A l’exception notable de l’Afrique du Sud, aucun autre d’Afrique n’échappe à cette réalité implacable.

  1. LES CONDITIONS QUI MENENT A L’EMERGENCE ECONOMIQUE

Les conditions nécessaires à une émergence économique tiennent avant tout de la réceptivité de l’environnement prévalant dans le pays aspirant. Les critères jugés indispensables pour l’éclosion de l’émergence économique, selon Philippe Hugon (2010), chercheur à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), énumèrent des leviers tels que le taux de croissance ; la taille de la population; la diversification de la production; le taux d’ouverture en matière d’exportations et d’importations; l’interaction et l’intégration financière au plan mondial; l’affinement du rôle stratégique de l’Etat en politique de développement; l’accroissement des investissements dans la recherche et le développement et, entre autres, la capacité à assurer sa défense nationale.

5.1. TAUX DE CROISSANCE

Le fort taux de croissance soutenue dans la durée devient une réalité dans nombre d’économies africaines, notamment dans les pays francophones, avec tout de même des risques de soutenance précaire due au gap de connectivité qui lie généralement ces économies à celles de l’Occident dans un rapport obéissant de façon systémique à la dichotomie des gains en contrechocs qui les opposent naturellement.

Cette corrélation tangible suscitée par la dichotomie des gains en contrechocs entre l’Occident et l’Afrique, visible à l’œil nu, exacerbe les marges de manœuvre de réinvestissement du fruit de la croissance pour ces pays pauvres et à la fois, déclenche le cycle fatidique de l’endettement-désendettement-ré-endettement qui perdure depuis les indépendances.

Comment donc, dans ce cas de figure légion et emblématique du surplace africain, peut-on repenser les mécanismes en place pour juguler ce statu quo fait de marasme permanent de la pénurie des investissements dans la durée ?

Cette interrogation légitime ferait figure de socle du démantèlement de la culture de l’impossible qui, plus ou moins fidèlement, caractérise la stagnation des pays africains dans leur grande majorité. Résorber ce challenge équivaudrait donc à repenser la configuration d’ensemble de l’action au développement, avec toutes ces composantes, en posant un regard critique et froid sur le déploiement de chaque action d’échange entre le pays avec lui-même d’abord et ensuite avec ses partenaires tant internes qu’externes. La transitivité du jaugeage du produit d’une interaction à caractère économique du pays par rapport à lui-même permet d’identifier les autres corrélations économiques que cette action engendre sur l’ensemble des autres indicateurs en matière d’affinement de l’action de l’émergence économique et sur les calibrations de corrections si nécessaires.

5.2. TAILLE DE LA POPULATION

La taille de la population des états francophones d’Afrique ne se prête guère à l’impact des masses économiques de grande envergure en matière de consommation sur une échelle autocentrée sur elle-même mais cela change dès qu’il s’agit d’une échelle sous régionale, régionale, continentale voire mondiale quand elle devient la consommatrice des importations venues de son sein, donc d’Afrique, ou en provenance du reste du monde.

Cependant, des unions économiques et monétaires déjà constituées telles que l’Uemoa (Afrique de l’Ouest) et la Cemac (Afrique Centrale), quoiqu’embryonnaires dans le déploiement de leurs mandats légitimes, peuvent servir d’assises démographiques plus élargies comme support aux politiques d’émergence économique respectives des pays qui les composent en termes de marchés commerciaux de grande consommation.

En outre, l’affinement des habitudes alimentaires empruntées aux autres devient plus qu’une nécessité en ce sens qu’aucun des pays émergents du monde n’a échappé à cette réalité. Ce ne sont ni les terres arables, ni encore moins l’abondance de la main d’œuvre paysanne bon marché qui font défaut. Le Brésil, par exemple, pourrait servir de référence en ce domaine. La consommation à grande échelle appelle aussi à l’identification plus approfondie des besoins individuels de ces ensembles dans leur globalité en vue de planifier la demande et l’offre soumises aux entreprises, firmes et manufactures pour satisfaire les ménages.

5.3. DIVERSIFICATION DE LA PRODUCTION

La diversification de la production nationale fait figure de nœud gordien dans un processus établi d’émergence économique tant pour impulser et nourrir le levier de la stimulation des agents économiques mais aussi pour limiter la dépendance en importations, qui, par ricochet, pourvoit aux emplois en masses.

Verticalement, les productions africaines, essentiellement agricoles, minérales et minières, souffrent de l’absence d’une politique stratégique adéquate des pouvoirs publics à même de guider les exploitants dans leur quête d’une autonomie pour soutenir un rendement stable de leurs activités. De manière optimale, cette diversification verticale aurait par exemple permis l’acquisition d’un maximum de maillons ou d’acteurs d’une même filière en coupant ainsi l’herbe sous le pied d’une dépendance accrue à l’économie de rente qui consiste à brader ces productions au lieu d’en tirer la valeur-ajoutée que ce complément marginal de labeur additionnel aurait généré.

Horizontalement, les mêmes moyens de production affinés à l’impératif de la modernité, pourraient permettre un plus large éventail de produits tant aux niveaux des exploitants agricoles qu’aux entreprises nationales. Sous ce volet, le seul nœud gordien à circonscrire se situe au niveau de l’adaptation progressive aux technologies de pointe et à l’accès plus décomplexé aux capitaux privés que les états africains peuvent eux-mêmes stimuler par une incitation judicieuse et bien calibrée du système de la création de crédits.

La diversification concentrique joue aussi un rôle important dans tout espoir de voir une économie émerger : il s’agit ici de l’assise d’un réel transfert de technologies et de compétences par étapes. Les pouvoirs publics peuvent, par voie législative, inciter au schéma logique d’une diversification progressive en imposant aux entreprises nationales une indispensable émulation de nouveaux produits et services pour leurs clientèles. Il est clair que le transfert de compétences clés réside dans la complémentarité déjà existante de la technologie en question qui cible en amont les mêmes clientèles et, qui, par ricochet, mitige davantage les risques financiers et opérationnels de façon naturelle.

Et pour couronner le volet de la diversification, les pouvoirs publics peuvent se doter d’un mécanisme en vue d’inciter une plus grande maitrise de la diversification conglomérée en y jouant un rôle irremplaçable : à travers un déploiement stratégique, les états peuvent inciter les entreprises à un engagement dans des activités de plus en plus distinctes, n’ayant pas de liens entres elles, pour cibler des marchés très séparés, limitant ainsi tout risque de propagation en cas de difficultés sur une activité donnée.

5.4. TAUX D’OUVERTURE

Le taux d’ouverture en matière d’exportations et d’importations des pays francophones d’Afrique, sous la réserve des effets de l’impact mitigé et qui reste à confirmer des accords de partenariats économiques (APE), est essentiellement déséquilibré en faveur des pays de l’Union européenne et particulièrement en faveur de la France dont ces pays demeurent encore la chasse gardée malgré l’avancée notable de la Chine et celle encore timide des Etats-Unis d’Amérique sur le continent. La problématique de l’émergence économique trouve tout son sens par rapport au taux d’ouverture puisque cette mesure tend à affirmer la place que tient le reste du monde sur un pays donné en mettant en exergue, d’une part, la moyenne de la somme des exportations et importations de ce pays et d’autre part, son produit intérieur brut au prix du marché.

Or, en Afrique francophone, il est clair que l’empirisme de ce calcul démontre un faible taux d’ouverture par rapport au reste du monde et le peu qu’il exhibe est essentiellement évocateur d’un immense déséquilibre en faveur de la France qui contrôle la part du lion au sein de l’Union Européenne. Il est intéressant de noter que ce cas de figure n’existe pas avec les ex-colonies britanniques sous le même scenario. Les pays anglophones d’Afrique demeurent de loin plus ouverts au reste du monde, pris tant individuellement que collectivement.

Nonobstant un taux d’ouverture cumulé faible de l’ensemble des pays francophones d’Afrique, il est cependant évident qu’une interaction plus accrue des échanges interafricains, même à une échelle sous régionale, pourrait davantage doper ce marasme structurel et maintenir, de ce fait, un contrôle plus important des marchés pour l’émergence économique conjuguée de paire sur un diapason plus équilibré en terme de distribution des richesses dans cette partie du monde. Par inférence, il faut évoquer ici le cas de la Chine dont l’émergence économique à contribuer à renforcer les postures économiques de ses voisins en Asie sous un effet de drainage massif d’une embellie économique et sociale collectives.

5.5. INTERACTION ET INTEGRATION FINANCIERE AU PLAN MONDIAL

L’interaction et l’intégration financières au plan mondial reste à ce jour encore très embryonnaires pour ne pas dire négligeables. La traditionnelle capture des investissements direct étrangers reste encore très précaire et essentiellement propulsée par les apports bilatéraux et multilatéraux avec un faible impact sur les apports des entreprises et firmes multinationales d’essence purement privée. A cela s’ajoute des pratiques moyenâgeuses d’attribution de marchés, l’approximation de la notion de libre entreprise plombée par la réalité des accointances absurdes faites de régulations lourdes et inadaptées comme pour sciemment empêcher la stimulation économique du secteur privé.

L’environnement des affaires étant pour la plupart malsaine et inéquitable dans la quasi-totalité de ces pays francophones, en dépit des fanfaronnades politiques qui sont loin de la réalité, il est clair que l’attraction des flux financiers externes demeurent loin en déca des besoins réels des populations.

Le traité révisé OHADA (Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires), à travers ces Actes Uniformes Révisés, démontre, si besoin en est, la lourdeur et l’inadéquation de l’environnement des affaires de ses pays membres, tous francophones, qui héritent là encore des mécanismes inadaptés et contraignants de la France en terme d’attractivité d’investissements direct étrangers.

Les fondements juridiques du commerce général ; des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique ; de l’organisation des suretés ; des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution ; des procédures collectives d’apurement du passif ; de l’arbitrage ; de l’harmonisation des comptabilités d’entreprises et du droit des sociétés coopératives, ne sont nullement en phase avec les configurations économiques réelles de ces pays d’Afrique francophone. Ils ne servent qu’à transposer les réalités françaises sous les tropiques sans tenir compte des postures diamétralement opposées qu’énonce leur rapport de force naturel au plan strictement économique.

La surcapitalisation des banques de ces pays en est la preuve concrète. Faible taux de bancarisation ; embryonnaire accès au crédit ; inadéquation des tribunaux de commerce pour la résolution efficiente et rapide des disputes d’ordre commerciale ; l’absence de mesures de formalisation du secteur tertiaire ; l’absence de la titrisation des propriétés ; l’absence de régulation optimale des marchés financiers et des mécanismes de recouvrement de créances ; mainmise hégémonique de l’appareil d’état sur le secteur privé et l’incompétence notoire des pouvoirs publics face à la chose publique de façon générale concourent tous à la désintégration financière progressive et soutenue de l’Afrique francophone, à l’instar de tout le continent pris en entier, face au reste du monde durant ces cinq décennies.

En matière de compétition dans le secteur bancaire, secteur qui est le réceptacle attitré des flux financiers externes, elle n’existe quasiment pas, faute de contrôle souverain de l’outil monétaire et de la politique d’expansion monétaire et bancaire.

Sans réserves importantes de devises, l’émergence économique devient une sorte de chimère aux proportions épiques. Sur ce volet, l’Afrique francophone a presque tout à refaire car il ne suffit pas de penser qu’une recrudescence des flux financiers hypothétiques sur des marchés amenés à s’étendre pourrait à elle seule restructurée un cadre monétaire obsolète et unique au monde de par son incohérence et de sa futilité d’usage sur le plan purement utilitaire des mécanismes liés à la monnaie de ces zones. Aucun des pays émergents que l’on connaît ne s’est affublé d’une telle configuration de l’outil monétaire, et ce, nul part ailleurs au monde. Penser que les pays d’Afrique pourraient émerger dans une telle configuration monétaire équivaut, à nos yeux, à transformer du liquide en gaz sans effet de catalyse.

Or, justement, nous savons que cet effet de catalyse passe forcément pour une volonté politique décomplexée faite de courage et de réalisme opportun. La sempiternelle excuse de la maitrise -(ou des aléas de la maitrise)- d’une politique monétaire saine ne saurait être de mise dans un monde où l’anatomie de l’inflation est éventrée au grand jour avec des mesures calibrées pour la contenir et voire souvent la provoquer à un savant niveau sous contrôle pour saisir des marges occultées qu’elle procure dans certaines conditions économiques.

L’affinement du rôle stratégique de l’Etat en politique de développement en Afrique en général, et en Afrique francophone en particulier, souffre d’une approximation à tous les égards : au niveau de la prospective, elle n’a toujours pas des outils et précis de projections fiables qui tiennent des réalités du terrain non seulement parce que les penseurs de cette politique de développement ne connaissent pas réellement toujours l’Afrique ; au niveau de la perspective, elle patauge dans un statu quo vieux de près soixante ans qui la projette dans des schémas sans issues ou le refus du transfert des technologies la confine dans la traditionnelle division internationale du travail chère à la doctrine économique de David Ricardo, où elle se contente de brader les produits bruts de son sol et de son sous-sol sans l’espoir de les voire transformer chez elle.

5.6. RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT

L’accroissement des investissements dans la recherche et le développement demeure une préoccupation permanente de ces pays qui peinent à retenir le fruit des croissances de leurs économies qui, en grande partie, retournent vers l’Occident sans contrepartie réelle et tangible des atouts laissés sur place.

La recherche et le développement, dans ses phases fondamentales, appliquées et empiriques, n’existent que de façon embryonnaire dans la quasi-totalité des pays francophones d’Afrique. Et même quant elles existent, elles ne sont ni d’émanation entrepreneuriale ni encore moins destinées à un usage souverain des pays puisqu’elles sont principalement déployées par des officines et instituts de recherches appartenant ou sous le contrôle de la France.

Cette incursion néfaste de la mainmise française sur les pôles d’intérêts de la recherche scientifique, technologique et médicale des pays francophones déforme les priorités de ceux ci pour les réorienter vers d’autres objectifs qui ne sont pas toujours en phase avec la réalité locale. L’affinement des besoins des populations africaines, qu’il soit agroalimentaire, vestimentaire, médical, pharmaceutique, éducatif, sanitaire, hygiénique entre autres, demeure inadapté en termes de solutions trouvées sous d’autres cieux. L’utilisation endogène des techniques locales pour satisfaire les besoins locaux est un trait tangible de l’émergence des pays comme l’Inde, le Brésil, la Chine et même la Russie. Pourquoi l’Afrique devrait la faire autrement ?

La propriété intellectuelle aussi nécessite une mise à niveau sur une échelle plus élargie et indépendamment du contrôle des puissances rivales de l’Occident parce que le génie africain, trouvé en abondance dans son artisanat, pourrait éclore sur une dimension plus rationalisée et formalisée.

5.7. DEFENSE NATIONALE

La capacité à assurer sa défense nationale est, quant à elle, plus que d’actualité dans l’ensemble des pays francophones d’Afrique. Le récent cas du Mali, miné de l’intérieur par ses propres extrémistes, et celui de la République Centrafricaine, plus axé sur les déséquilibres de gouvernance politique, démontre qu’aucun pays francophone d’Afrique noire n’est à l’abri de forces de déstabilisations, qui, souvent, pourraient même émaner de la puissance tutélaire théoriquement sensée les protéger par le truchement d’accords secrets de défense.

Dans un monde aux enjeux multiples, il serait illusoire voire naïf de confier les clés de sa propre défense à une tierce nation qui, elle-même, n’échappe pas aux tentations de prédation sur son unique zone d’influence de par le monde. Cela dit, l’Afrique francophone gagnerait, à tous les égards, à repenser globalement sa politique de défense en déployant des moyens certes modestes mais conséquents pour s’équiper, se former et assurer sa défense sans jamais compromettre ses relations de bon voisinage avec les pays frères qui l’entoure car les fissures viennent généralement de là. Les mouvements de troupes transfrontaliers étant rare sur le continent, la calamité guerrière africaine est plus d’essence sociale, donc, mue par des poussées de mécontentent général de nature civile. Et sur ce volet, l’histoire nous démontre presque toujours, la main des forces étrangères, tapie dans l’ombre, pour déstabiliser toute velléité d’autonomie réelle qu’ont ces états fragiles. La sous-traitance du volet sécuritaire d’une nation à une autre, sous un habile maquillage « d’accords de défense » n’a aucun sens d’un point de vue souverainiste puisque cette assistance enlève à la nation ainsi assistée la capacité de parer à toute menace tangible de déstabilisation par la nation qui l’assiste. L’Inde et l’Afrique du Sud n’ont jamais signé d’accord militaire de défense avec la Grande Bretagne. Idem pour le Brésil vis-à-vis du Portugal et encore moins la Chine avec quelque nation que ce soit. Par ailleurs, il est intéressant de noter que de toutes ces nations qui ont réussi à émerger économiquement, aucune d’elle n’entretient des rapports militaires sous influence hégémonique des grandes puissances militaires. Existe-t-il alors une corrélation diffuse entre émergence économique et la capacité à assurer sa propre défense ? La question mérite une réflexion plus approfondie mais tout porte à croire à l’affirmative.

  1. LES ELEMENTS DE MISE EN ŒUVRE POUR UNE ECONOMIE EMERGENTE

D’un point de vue de constituants, les éléments qui concourent à l’impulsion de toute émergence économique d’une nation en développement paraissent multiples dans leurs formes et laborieux dans leurs déploiements.

En réalité, ils requièrent simplement et plus prosaïquement une dose de réalisme qui s’affine à un environnement stable et maitrisé permettant la mise en œuvre progressive d’une kyrielle de schémas savamment agencée par les pouvoirs publics.

Dans un premier temps, la volonté politique pour l’atteindre ne devrait se surcharger d’aucun complexe quant à la hardiesse des taches qu’elle suscitera, ni encore moins sur les contraintes et les challenges qu’elle devrait naturellement juguler. Il va sans dire que rien que la ferme intention d’émerger économiquement déclenche les hostilités sournoises et souvent très peu perceptibles des « partenaires au développement » traditionnels qui tirent profits des niches commerciales suscitées et maintenues par la stagnation économique qui prévaut. Pas un seul des pays émergents de nos jours ne l’a accompli avec ces « partenaires au développement ». Cette sentence est valable pour l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud, la Russie et la Chine. Ils ont tous, à un certain moment de leur histoire, décidé de faire le cavalier solitaire face à la politique économique et financière multilatérale distrayante des institutions de Bretton Woods et du Club des pays donateurs, y compris la Chine dès qu’elle s’est mise à l’économie de marché. Est-ce donc à dire ou à penser que l’émergence économique en soit est incompatible avec les doctrines avancées par les institutions multilatérales de développement ? La question reste posée. De toute évidence, à ce jour, aucun des pays en développement sous l’influence directe de ces institutions multilatérales de développement n’a pu émerger après cinquante-neuf ans d’existence.

Dans un second temps, l’identification des besoins des populations, conjuguée avec la disponibilité des ressources humaines et physiques ainsi que les moyens de productions deviennent un exercice crucial pour calibrer graduellement la politique d’émergence économique et celle du développement. Cet exercice permet dès lors de donner une idée générale du volume des investissements nécessaires à mettre en œuvre selon un calendrier national précis qu’on pourrait décliner par étapes.

La matrice des conversions du plan national d’émergence économique établit clairement les paliers intermédiaires servant de raccordements aux stratégies structurelles, celles de déploiements et d’exécutions et celles de la mesure de performances.

L’élaboration de cette matrice des conversions, pensée en tenant compte du contexte spécifique des pays en question, émane exclusivement de nos expertises inédites et n’est, en aucun cas, affiliée ou apparentée aux orthodoxies paralysantes de la communauté des donateurs ou des agences multilatérales de développement.

Elle s’appuie sur un redéploiement structurel de l’assise essentiellement économique, financière, environnementale, industrielle, entrepreneuriale, sociale et culturelle du pays en question, et part de là en fondant le socle même des assises sectorielles, recentrant ainsi le citoyen lambda comme son premier capital humain.

  1. LES JALONS STRATEGIQUES DE L’EMERGENCE ECONOMIQUE

A l’aune d’une émergence économique des pays d’Afrique francophone, il s’agit de tabler sur la hardiesse des difficultés en vue, en l’occurrence, une transformation des structures de consommation et de production, une modification des mécanismes du marché du travail et de la distribution du revenu, des changements dans le comportement des agents économiques et dans la structure sociale. Ces quatre éléments de reconfiguration constituent les balises essentielles en prélude aux reformes plus substantielles à entreprendre telles que celles portant sur les spécificités économiques suivantes:

  • Les réserves de change
  • Le crédit et la masse monétaire
  • Le PIB et taux d’intérêts
  • Les importations et exportations
  • La croissance du PIB en volume
  • L’investissement direct
  • Les investissements effectifs a l’étranger
  • L’effet de capture direct sur la base monétaire mondiale
  • Les taux d’intérêts sur les emprunts d’état
  • La structure par actifs des réserves de change des banques centrales
  • La nouvelle stratégie de croissance

7.1. RESERVE DE CHANGES

Les pays francophones d’Afrique, notamment ceux qui évoluent au sein de la zone CFA (Colonies françaises d’Afrique de 1939 devenues communauté française d’Afrique en 1958), se confinent dans le seul système monétaire colonial du monde qui interdit toute latitude d’interaction monétaire et financière avec le reste du monde en dehors de la France.

La centralisation des réserves de change des pays de la zone CFA dans un compte d’opérations auprès du Trésor Public Français dépouille ces pays de la moitié de ces réserves de change chiffrées à plus de 12 Milliards d’Euro. Cette manne financière d’une importance capitale à l’investissement en Afrique est placée par la France sur le marché financier international et lui rapporte des intérêts de l’ordre de plusieurs centaines de millions d’euros par an dont une infime partie est reversée aux banques centrales africaines (BCEAO et BEAC). Pire, il est de notoriété publique que ce reversement est comptabilisé dans « l’aide public au développement » de la France en Afrique.

La rigueur budgétaire ainsi imposée à tous ces pays francophones d’Afrique, à l’exception notable de ceux qui ont réussit à créer leurs propres monnaies (notamment ceux du Maghreb, la Mauritanie, la Guinée et Madagascar), se fait aux dépens de l’investissement si crucial au décollage économique de ces mêmes pays.

Cette rigueur budgétaire plombe non seulement les marges d’expansion du commerce intérieur pour stimuler la demande nationale mais elle enlève toute initiative tendant à pénétrer le monde du commerce extérieur sans l’aval de la France. En substance réelle, la Cote d’Ivoire ne peut, par exemple, entreprendre aucune action d’investissement d’envergure avec un quelconque pays francophone d’Afrique centrale sans le truchement de la France. C’est ainsi dire que le potentiel des échanges Sud-Sud est savamment occulté, étouffé et sciemment bloqué en faveur d’un unilatéralisme Afrique francophone-France paralysant pour tout effort d’émergence économique et de développement au niveau de ces pays.

7.2. CREDIT ET MASSE MONETAIRE

Le crédit et la masse monétaire des pays francophones d’Afrique nécessitent aussi une observation approfondie de leurs singularités.

A l’observation des pays émergents tels que la Chine, l’Inde et le Brésil, on note une tendance indéniable et affirmée de l’incidence des rapports qui existent entre la base monétaire, l’agrégat monétaire M2 et le crédit de ces pays en terme de pourcentage de glissement annuel entre ces mesures. Au delà de la réalité des chiffres, la tendance dicte un glissement annuel en pourcentage qui met en exergue une constance de l’agrégat monétaire contre les fluctuations opposées de la base monétaire par rapport au crédit sur au moins douze ans (1998-2010).

Chaque dépréciation de la base monétaire tend à augmenter le crédit pendant que l’agrégat monétaire, lui, demeure constant. Ce mécanisme qui traduit le dynamisme d’une économie émergente ou en passe de le devenir reste figé dans l’ensemble des pays francophone d’Afrique évoluant dans la zone franc. Pourquoi ? La raison est simple : la création de crédit est bloquée par la France à travers ses administrateurs qui siègent dans les banques centrales de la zone franc où l’unanimité est de rigueur pour mettre en œuvre de telles politiques économiques expansionnistes qui, par ricochet, nonobstant une recrudescence de la consommation locale de masse, ouvriront davantage ces pays au commerce extérieur mondial.

7.3. PIB ET TAUX D’INTERETS

Quant on observe le glissement annuel en pourcentage du PIB en valeur par rapport à son évolution avec les taux d’intérêts à long et court termes à la fois, on constante dans les pays émergents (Chine, Inde, Brésil et Afrique du Sud) que la hausse de la valeur du PIB (2001-2011) augmente le taux à long terme, qui, lui demeure constant par rapport au taux à court terme. Et quand cette tendance s’inverse, comme ce fut le cas entre 1998 et 2001, seul le taux à long terme excède le glissement annuel du PIB en valeur. Qu’est ce que cela nous laisse présager ?

Un taux de croissance économique soutenu dans la durée dans les pays francophones d’Afrique ne peut à lui seul impulser l’émergence économique que si une ouverture plus marquée sur le commerce extérieur, en dehors de celle canalisée par la France, est appliquée de façon décomplexée par l’ensemble de ces pays.

Il s’agit donc ici d’une volonté politique qui devrait venir au secours de l’impératif économique pour créer une stimulation générale des agents économiques mis à disposition dans ces pays. Toute autre forme de raccourci qui tend à occulter cette donne nous paraît absolument puérile et de nul effet.

7.4. IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS

Le glissement annuel en pourcentage des exportations contre les importations permet aussi de jauger la dynamique d’émergence économique des pays. Les balances commerciales excédentaires résultent généralement de la diminution de la dépendance des importations qui tiennent, quant à elles, de la montée de l’industrialisation d’une part et des investissements directs étrangers conséquents d’autre part.

Or, sur ce volet, nous connaissons tous les contraintes structurelles qui laminent le continent africain en général et les pays francophones en particulier. A cela, il faut ajouter la précarité ambiante de l’environnement des affaires et du manque de transparence des pouvoirs publics dans la gestion du quotidien de leurs concitoyens.

Si, à travers ses exportations constituées essentiellement de matières premières, l’Afrique francophone se mettait à accumuler des réserves de change et se dotait des moyens politiques de les contrôler d’elle-même, elle pourrait indéniablement générer d’importants excédents commerciaux qui pourraient non seulement impulser une nouvelle dynamique d’investissement internes au sein des pays et même dans le reste du monde. Ce cas s’applique aujourd’hui au Nigeria dont les exportations cumulées n’excèdent pas celles des pays francophones africains de la zone franc mis ensemble.

En terme d’importations, la dépendance téléguidée vers une provenance non diversifiée pose aussi le problème de la surenchère des couts sur des économies déjà fragilisées par des contraintes financières très draconiennes. La diversification des partenaires et de la source des importations devrait normalement alléger de façon substantielle ce goulot d’étranglement.

Les Accords de Partenariats Economiques (APE), initiés en ce sens par l’Union Européenne, n’ont eu de cesse d’être décriés depuis 2008 par votre serviteur comme un marché de dupes aux proportions épiques qui n’auront que le mérite de couler davantage ces fragiles économies africaines appelées à subir des mutations salvatrices dans les décennies à venir.

L’écho de ce cri de cœur d’antan commence à venir des instances internationales notamment au sein de la Commission économique pour l’Afrique des Nations-Unis en la personne de son premier responsable, l’économiste Bissau-Guinéen Carlos Lopes, lors d’une récente interview donnée à Jeune Afrique. Je l’avais tantôt dit en Mars 2008 :

« L’APE sera désastreux pour l’Afrique. Son acceptation équivaudrait au confinement du continent dans une sorte de vase clos économique où sa marge d’expansion serait drastiquement réduite, du fait de l’exclusivité d’un tel accord et surtout de l’évidence selon laquelle aucun pays au monde n’a pu décoller avec de tels arrangements bidons et avilissants. Les Africains doivent, ensemble comme un seul homme, refuser de cautionner un accord qui ne les arrange pas. Le droit de disposer de soi-même comme on l’entend doit guider tout état confronté à ce genre de hold-up qui ne dit pas son nom.

L’Afrique doit faire fi des menaces de sanctions ou de représailles économiques de la part de l’UE pour la seule raison qu’elle sait que ses matières premières sont indispensables à l’Europe et au reste du monde. Si l’UE se détourne du marché africain, – une hypothèse quasi-utopique – l’Afrique décollera et se développera à un rythme qui étonnera l’humanité.

Cautionner l’APE c’est s’interdire ce que l’Europe ne s’interdira jamais, à savoir sa liberté d’ouverture sur le monde sans exclusive, sa perpétuelle recherche de la valorisation de ses intérêts économiques, sociales et culturelles dans un monde qui devient de plus en plus petit par sa géographie et grand à travers sa tentacule globalisante. L’ère des zones d’influences est révolue : il faut prendre ses distances avec des partenaires qui ne vous ont rien apporté depuis plusieurs siècles et s’ériger la responsabilité d’assumer le destin de l’Afrique.

Le business n’a aucun corollaire avec le sentimentalisme colonial des temps immémoriaux. En tant que concurrente de l’Europe, l’Afrique n’a aucun intérêt à s’imposer des accords dans un monde libre. Elle devrait revoir ses pratiques avilissantes et s’armer des normes internationales en matière de bonne gouvernance, de respect des droits humains, de l’affinement de son orthodoxie financière et l’apurement de ses aspirations par les notions du travail, du sérieux dans les actes posées, de la reconnaissance de ses atouts longtemps occultés par elle-même et par les autres et enfin juguler ses incapacités à émuler les exemples nombreux d’un développement autocentré sur sa propre colonne vertébrale économique : sa matière grise et ses matières premières. La Chine, l’Inde et la Malaisie l’ont déjà réussi. Le Brésil, le Pakistan et d’autres pays émergeants sont en passe de le réussir.

La vocation de tout pays, surtout d’un pays en développement, n’est pas d’exporter des matières premières vers d’autres horizons mais plutôt de les transformer sur place, d’en satisfaire sa consommation locale et en dernier ressort, d’exporter le surplus de ses produits finis vers les marchés du monde les plus porteurs, sans état d’âme.

L’OMC est le cadre mondial pour règlementer le commerce et les échanges mondiaux et l’Afrique ne devrait accepter qu’aucune autre association de pays, fut-elle l’UE, ne se substitue à ce cadre mondial pour venir lui proposer un marché de dupes par la porte de derrière. L’OMC doit donc attirer l’attention de l’UE sur l’illégalité et l’indécence de son action envers les petites nations démunies qui n’ont pas suffisamment de gabarit pour se faire entendre. On doit sortir de la connivence de l’oppression commerciale imposée au continent africain par une action concertée de refus collectif et non négociable.

Enfin, l’Afrique, pour une fois, doit accepter le sacrifice de se voir « fermer » le marché européen en lieu et place du refus de sacrifier sa future génération contre une supposée aide européenne dont elle n’a nullement besoin. Fermer le marché européen à l’Afrique, c’est aussi lui ouvrir d’autres marchés aussi porteurs sinon nettement plus avantageux. L’Afrique a besoin de compétitivité, de compétition, de la concurrence, de l’ouverture de ses marchés vers des horizons plus prometteurs et de sa capacité d’orienter ses choix commerciaux sans restrictions dans un monde en pleine mutation.

Plus que jamais, il est opportun aujourd’hui de remettre en cause la lettre et l’esprit de toute forme d’accords UE-ACP et de se tourner vers le cadre mondial qu’est l’OMC pour une harmonisation à l’échelle planétaire, sans préférence aucune. Cette responsabilité incombe à nos dirigeants mais aussi à nos intellectuels ainsi qu’à l’ensemble de nos populations qu’il faudrait éduquer, former, soigner et en faire les vecteurs du développement décomplexé d’une Afrique nouvelle.

La question n’est pas de savoir si l’accord proposé est équitable ou de réclamer un nouvel accord de type APE mais plutôt de changer complètement de direction en s’interdisant toute forme d’accord en dehors de l’OMC. »

 7.5. CROISSANCE DE PIB EN VOLUME

La croissance de PIB (Produit intérieur brut) en volume dans les pays francophones d’Afrique démontre, au fil des décennies, une criarde dichotomie qui met en exergue une curiosité de la norme économique : la distinction entre PIB en valeur et PIB en volume est fondamentale en ce sens qu’elle indique un certain nombre de phénomènes économiques sous-jacents pour justifier sa teneur. Or, que constatons-nous en Afrique francophone comparativement à la norme mondiale en terme de croissance quantitative du produit intérieur brut ?

Sur une trajectoire d’évolution de toute croissance économique, ce qui compte réellement est de savoir si celle-ci s’explique davantage par la hausse de la quantité, du volume, ou par la hausse du prix. La croissance en volume des pays francophone d’Afrique échappe, en règle générale, à l’influence pernicieuse d’une inflation galopante et devrait, de ce fait, receler une appréciation plus quantitative en terme de production plutôt que celle procurée par l’entremise fluctuante du mécanisme du prix. Cette notion se renforce également par une constance voire une détérioration assez perceptible des termes de l’échange des matières premières (hors pétrole) exportées par ces pays. Malgré ces facteurs favorables, la croissance en volume du PIB de ces pays dénote un écart par rapport à celle en valeur, un écart, qui contredit la stabilité inflationniste de cette zone du monde. Où réside donc le problème de la dichotomie entre croissance réelle et croissance en volume en Afrique francophone ?

En filigrane, l’observation des pays émergents nous ramène à la tangibilité d’une réalité toute autre: les périodes pré-émergentes de la Chine dans les années 80, celle de l’Inde et de l’Afrique du Sud dans les années 1990 et celle plus récente du Brésil dans les années 2000, furent toutes marquées respectivement par une inflation galopante a l’échelle mondiale (fin 70 et début 80) ; une inflation presque négative dans les années 90 et enfin une inflation maitrisée dans les années 2000. Ces pays émergents ont, donc, chacun en ce qui le concerne, pu tirer profit d’une croissance réelle du PIB en valeur qui, dans la plupart des cas, a surpasse la croissance en volume.

Ceci n’est assurément pas le cas en Afrique francophone. Pourtant, l’on est supposé considérer, si on en croit aux discours politique, que cette Afrique-ci est en phase pré- émergente ! Mais le plus important ici est de savoir comment reconfigurer les fondamentaux économiques de ces pays pour les mettre en phase de pré-émergence ou même d’émergence pour certains ? Cette interrogation cruciale, dont la réponse incombe à toute la classe politique de cette partie du continent, sera donc l’objet d’une étude plus approfondie de notre part. En tout état de cause, les éléments de réponse nous paraissent perméable à l’entendement collectif des filles et fils de ce continent qui ne demandent qu’à prendre leur propre destin en main, comme l’ont fait d’autres nations.

7.6. INVESTISSEMENT DIRECT

Au sein des pays francophones d’Afrique, l’investissement direct étranger demeure embryonnaire tant il décrit et contraste en rapport avec la floraison d’opportunités qu’offre ces pays où tout est à faire ou même à refaire. Nul ne peut contester la pertinence de la demande et les opportunités d’offres qui peuvent être mis à la disposition des populations africaines.

Le manque d’attraction de l’investissement direct étranger se traduit, en partie, par une réelle absence combinée d’imagination et de volonté politique, et d’autre part, par le piètre état dans lequel se trouve l’environnement des affaires, ce, en dépit du discours politique qui clame la conformité avec les standards déjà éprouvés ailleurs. Les faiblesses institutionnelles du recours à la loi, plombées généralement par un laxisme des mécanismes exécutoires de ces mêmes lois, règles, régulations, mesures et normes, s’ajoutent à l’excès de zèle pour saper l’uniformité d’un conformisme de rigueur dans ces environnements d’affaires, en dépit de virulentes dénégations des pouvoirs publics africains. La banalisation des intentions ou mêmes d’actes de corruption à l’échelle administrative, régulatrice et normative installe une forme de fatalisme qui fait que deux cas finissent par ne plus se ressembler. L’argument toujours trouvé pour se défendre ramène à l’universalité de ces fléaux que l’on refuse de voir tandis que l’investisseur étranger, lui, les vit au quotidien et en parle à ses proches et collaborateurs.

En contraste aux pays d’Afrique francophone, par exemple, un pays comme le Botswana a réussit en moins de deux décennies à éradiquer une grande partie de ce genre d’insuffisances et a, par conséquent, pu attirer d’énormes investissements directs étrangers en rapport avec sa taille et ses ambitions économiques. Le Rwanda est aussi en passe de réussir ce pari, en dépit de sa petite taille économique.

Il s’agit, donc, ici de ne plus se voiler la face : l’attractivité des investissements directs étrangers dépend de l’environnement des affaires en premier lieu et les excuses présentées pour marquer le fatalisme et l’insolvabilité des questions liées à la corruption sont du ressort du laxisme au niveau de l’institution d’Etat qui sape la destination financière de ces pays.

L’argumentaire selon lequel la perception des risques liés aux pays tant pour leur solvabilité que pour leur stabilité a très peu de rapport réel, en commune mesure, avec la capture d’énormes opportunités d’affaires qu’offrent ces pays à l’investisseur étranger. Il s’agit dans la plupart des cas des effets d’amplitudes savamment distillées et scientifiquement calibrés par ceux-là mêmes qui ont tout intérêt à éloigner de potentiels concurrents sur des platebandes qu’ils considèrent comme les leurs. Il revient donc aux pouvoirs publics de ces états francophones d’Afrique de joindre l’acte à la parole par un démantèlement systématique de cette perception des risques. L’assise de la solvabilité des états passe par la création d’un mécanisme centralisé d’affinement des créances dont l’épuration est mise en œuvre de façon rationnelle, méthodique et conséquente à travers une grille qui décline les priorités, les délais et les performances exécutoires. L’exécution d’un tel mécanisme peut être confiée à une agence équivalente au « National Audit Office » Britannique pour s’éviter la lourdeur bureaucratique à l’image de la piètre et inefficiente centralisation de Bercy en France. Il s’agit donc ici de ne copier que ce qui marche ailleurs ou de se réinventer de nouvelles méthodes de déploiement qui répondent mieux à la configuration de ces économies, qui, du reste, sont très différentes de celle de la France.

7.7. INVESTISSEMENTS EFFECTIFS A L’ETRANGER

Les investissements effectifs à l’étranger de l’Afrique francophone vis-à-vis du reste du monde dénote un déséquilibre structurel de la balance totale de son interaction financière et économique avec ses partenaires au développement en ce sens que cette interaction demeure unilatéralement un réceptacle qui procure d’énormes opportunités aux autres sans pour autant qu’elle [Afrique francophone] n’investisse à son tour vers ces destinations.

L’analyse traditionnelle est celle des « déséquilibres globaux ». L’Afrique francophone a un taux d’épargne moyennement très bas, dû à la fois à la minimaliste épargne des ménages (avec la faiblesse ou la quasi-inexistence de la protection sociale, la hausse des prix de l’immobilier et la récente surenchère du coût de la vie) et à la raréfaction de l’épargne des entreprises (avec le partage des revenus au détriment des salariés plombé par le rapatriement traditionnel des profits vers l’Occident), elle a des déficits commerciaux paradoxalement à sa recrudescence d’entrées de capitaux dues à l’attrait de rendements plus élevés et à la perspective d’une latente et lancinante possible dévaluation du franc CFA.

L’impact économique de ce tableau des déséquilibres globaux de l’Afrique francophone infère au moins deux rationalités :

  • D’un point de vue domestique, il conduit à une très forte décroissance de la liquidité, de la masse monétaire et du crédit, avec une politique monétaire non-expansionniste donc contraignante faute de création monétaire soutenue et qui va avec la raréfaction des réserves de change au lieu de son accumulation.
  • D’un point de vue international, elle maintient la sous-évaluation réelle du Franc CFA qui ne lui laisse que très peu de marge de manœuvre pour investir à l’étranger.

Il est possible de changer cette donne des déséquilibres globaux de l’Afrique francophone. Il suffirait, par exemple, dans ce cas de figure, d’appréhender les diverses motivations d’investissements du reste du monde sur son sol et de leur contrecarrer nos exigences de reconfiguration économique à nous pour extraire un idéal parallélisme des gains :

  •  Pour la sécurisation d’approvisionnement des matières premières du reste du monde, l’Afrique francophone pourrait, comme un seul homme, réclamer un quota graduel de transformation sur place par voie de délocalisations sur son sol. Ce quota graduel doit être couplé avec une mesure d’ouverture de capitaux aux investisseurs nationaux avec un léger contrôle de change sur les profits à rapatrier à l’étranger.
  • Pour la diversification des réserves de change, elle pourrait acquérir directement les instruments financiers et titres fiduciaires émis par les institutions financières de ces pays-clients en contrepartie des recettes ainsi régénérées pour se protéger des contrecoups résultant des chocs monétaires d’un monde en pleine mutation. De ce fait, elle participe directement à une plus grande ouverture sur le monde et capture une marge saine de la performance de l’économie mondiale en tant qu’investisseur direct, sinon au moins partie prenante, au plan mondial.
  • Pour l’acquisition des technologies, les deux mesures citées plus haut lui procurent un accès direct sur ce marché sans avoir à négocier avec quelque nation (ou groupe de nations) que ce soit pour recadrer sa politique industrielle.

7.8. EFFET DE CAPTURE DIRECT SUR LA BASE MONETAIRE

L’effet de capture direct sur la base monétaire mondiale des pays d’Afrique francophone reste imperméable aux politiques économiques expansionnistes de ces pays face à la barrière française qui calibre à sa guise les orientations et les performances économiques réelles de ceux-ci pour maintenir une dépendance malsaine assise sur une pauvreté endémique dans la durée.

Les surfaces financières des zones économiques de l’UEMOA et de la CEMAC, toutes deux juxtaposées au sein de la zone Franc CFA, définissent les coordonnées de leurs périmètres à Paris, auprès du trésor public français, qui en quelque sorte détermine de l’usage réelle du fruit de leurs croissances respectives en s’érigeant en courroie de transmission auprès des agences multilatérales de développement et les institutions financières internationales.

Cette notion qui affuble la France du rôle « d’Avocat de l’Afrique » auprès de ces mêmes institutions lui permet à la fois d’asseoir une influence néfaste qui sape le décollage économique de ces pays tout en faisant figure de mécène à l’altruisme applaudi par soi-même.

La base monétaire mondiale, traduite actuellement par une croissance très forte de la liquidité, soutient l’économie mondiale, à l’exception notoire des pays d’Afrique francophone, par des mécanismes déjà éprouvés tels que la baisse des taux d’intérêts à toutes maturités, les hausses des prix des actifs et effets de richesse, la stimulation de la distribution de crédit et la possibilité d’un endettement public plus élevé.

Pourquoi donc ce dopage favorable de la liquidité mondiale exclut-elle l’Afrique francophone?

L’Afrique francophone vit en marge de l’économie mondiale serait peut-être la réponse la plus courte. En filigrane, cette partie du monde ne tire pas vraiment profit d’une quelconque embellie économique mondiale et paye presque toujours pour ses frasques conjoncturelles qu’elle ne crée guère parce que dans ces deux cas de figures, la France lui impute à la fois les dividendes de toute embellie et la pénalise pour ses propres contre-performances à elle [la France].

Ce gap de connectivité créé et entretenu par la France sur ses ex-colonies sur le reste du monde est le frein le plus tangible au recul économique et au maintien dans la précarité absolue pour ses populations qui sont parmi les plus pauvres du monde.

En terme de perspective pour solutionner ce problème, il s’agit là encore de voir les réalités en face : s’affranchir de cette tutelle monétaire oppressante de la France qui n’offre aucune latitude pour mettre en œuvre des politiques économiques expansionnistes ; établir, en support de celui de Paris, divers point d’ancrage du commerce extérieur sur d’autres places financières du monde telles que la City de Londres, Wall Street, Tokyo, Frankfurt, Shanghai, Bombay, Sao-Paulo, Toronto, Milan, Johannesburg, Mexico, Dublin, Sydney, Caracas, Djakarta, Kuala Lumpur, Bangkok, Manille, Dubaï, Abu Dhabi, Doha et autres.

En outre, il est évident que si l’Afrique francophone n’était assujetti au gap de connectivité crée par la France sur ses économies face au reste du monde, la croissance forte de la liquidité mondiale (base monétaire) et conjuguée de celle de la masse monétaire aurait booster cette partie du monde en :

  • En soutenant la croissance par le truchement d’une hausse des taux d’intérêts à toutes maturités démontrée par l’analyse économétrique qui postule qu’une hausse de 1 point de la base monétaire du monde en pourcentage du PIB réduit le taux d’intérêt à 10 ans du monde de 13 points de base, le taux d’intérêt de 3 mois du monde de 35 points de base ; une hausse de 1 point de M2 du monde en pourcentage du PIB réduit le taux d’intérêt à 3 mois de 22 points de base, le taux d’intérêt à 10 ans du monde de 7 points de base.
  • En soutenant la demande en Afrique francophone par les effets de richesse dus à la hausse des prix des actifs.
  • En accroissant la liquidité bancaire, donc en soutenant l’offre de crédit.
  • Et, avec des taux d’intérêts plus bas, soutenant un endettement public plus élevé certes mais mieux adapté au boosting interne des pays d’Afrique francophone en phase d’un marasme endogène quasi-permanent.

A l’inverse, toute décroissance de la liquidité mondiale ramène l’Afrique francophone dans le prévalant statu quo dans lequel elle est restée confiner depuis 60 ans : taux d’intérêts usuriers, baisse constante des prix des actifs, freinage du crédit, difficultés accrues pour les finances publiques des pays à dette publique élevée et perte de la croissance au gré des cycles conjoncturels selon les décennies.

7.9. TAUX D’INTERETS SUR LES EMPRUNTS D’ETAT

A l’observation des taux d’intérêts sur les emprunts d’état, il en ressort des tendances édifiantes : la traditionnelle levée des fonds par le biais des agences multilatérales de développements, des organismes bilatéraux et des institutions financières internationales n’a servi qu’a gérer un quotidien de plus en plus précaire au cours de ces soixante dernières années à l’échelle de tous les pays d’Afrique francophone. Pourquoi ? Les taux d’intérêts appliqués sur ces créances réputées concessionnelles pour la plupart, s’accouplent d’une conditionnalité carrément anti-développement, anti-expansionniste et surtout perméable au contrôle exclusif sur ces économies soumises au joug du club des bailleurs de fonds. Ce phénomène est le premier marché de dupes de la finance précaire, de seconde main, qui n’a rien à voir avec une finance dite de développement.

La nature concessionnelle de cette forme de finance, incarnée par des taux d’intérêts artificiellement dilués sur le papier mais dont la contrepartie conditionnelle majore cet apport dérisoire au-delà du seuil de l’usure, écarte d’office l’appétit financier d’essence purement privée, qui lui, est porteur de développement parce que justement stimulateur de la création des richesses par la surveillance effective et efficiente de son apport à la fois en capital et surtout en expertise et savoir-faire. Par essence, les états n’ont pas de savoir-faire dans la gestion privée d’une économie et cela n’a d’ailleurs jamais été son rôle.

Ce fourre-tout incohérent de la finance publique des pays francophone d’Afrique est le principal frein à la stimulation de l’action privée des agents économiques nationaux qui opèrent en son sein, à l’exception notable des multinationales françaises, reconnues pour leur manque de compétitivité à l’international, mais qui pourtant excellent en situation de monopoles en Afrique.

Or, nous savons tous que la distorsion malveillante d’une situation de monopole avérée sur une économie accentue les déséquilibres globaux en opérant une forme d’épuration du surprofit de ces mêmes entreprises qui la rapatrie systématiquement vers la source de leurs capitaux, ne laissant ainsi aucune marge pour les réinvestissements directs au plan local.

De ce fait, tout autre investissement additionnel déclenche une surenchère qui se traduit par un nouveau taux d’intérêt de pseudo-obédience concessionnelle avec une conditionnalité usurière et à la limite sournoise pour ne pas dire dévastatrice.

En outre, les autorités africaines ne sont pas toujours conscientes de la batterie des instruments à leur portée pour limiter l’action néfaste d’une conditionnalité onéreuse qui dope inutilement les taux d’intérêts sur les emprunts d’état soumis à elles : maniement des taux d’intérêts mais aussi des taux de réserves obligataires des banques, des plafonds de crédit et même de la fiscalité par le biais de la taxation des plus-values en capital.

7.10. STRUCTURE PAR ACTIFS DES RESERVES DE CHANGE DES BANQUES CENTRALES

A l’examen de la structure par actifs des réserves de change des banques centrales de la zone franc notamment la BCEAO en Afrique de l’Ouest, la BEAC en Afrique Centrale et la BCC aux Comores, il apparaît une vérité cardinale.

En 2007, le président sénégalais d’alors Abdoulaye Wade avait appelé à un débat opportun sur « le rôle de la politique monétaire dans le financement des économies » de la zone Franc CFA. Il fustigeait, à juste titre, l’impertinence selon laquelle 4700 milliards de Franc CFA (plus de 7 milliards d’Euro) de la BCEAO appartenant aux pays membres de l’UEMOA se baladaient dans les bourses de l’Occident alors que ces pays mourraient financièrement par manque d’investissements.

Cette situation, inédite au monde selon notre entendement, ramène à la cruciale gestion des portefeuilles des banques centrales (BCEAO, BEAC, BCC) des zones monétaires des pays partageant le système CFA. La faiblesse du financement des économies des zones monétaires UEMOA, CEMAC et BCC tient de cette entorse structurelle qui sape non seulement la répartition efficiente des ressources mise à disposition mais surtout sa disponibilité puisque la France soutient qu’elles servent à garantir le Franc CFA, ce qui est archi-faux : ce sont les exportations africaines qui garantissent les monnaies africaines et qui, par ricochet, dopent l’assise et le standing français dans le monde.

Je repose donc la question sous l’angle précaire perméable au commun des mortels : si le franc CFA est garanti par le franc français lui-même arrimé à l’Euro, alors qu’est ce qui garanti le franc français et l’Euro ?

L’inférence que j’émets entre la monnaie et les exportations dans le cas des pays francophones d’Afrique est d’autant plus fondée au motif qu’elle postule que le niveau des exportations africaines éclipse malencontreusement toute embellie pour une industrialisation effective. De façon élémentaire, la notion de l’effet du crowding-out économique s’applique mécaniquement en ce sens que les couts d’opportunités de ce qu’on gagne en exportant ne valent pas ce qu’on perdrait en s’industrialisant. Bien au contraire ! Et ce différentiel demeure dans la besace de la capture française. Voici donc toute l’inquiétude qui taraude cette nation pie-voleuse qui s’appuie sur les faibles pour rester colosse. Il faut donc en sortir.

Au niveau de chaque banque centrale, il devrait normalement avoir trois portefeuilles soumis à la plus rigoureuse des gestions notamment :

  • Le portefeuille des réserves de change desdites zones et de la banque centrale qui les couvrent. (UEMOA + BCEAO ; CEMAC + BEAC, Comores + BCC).
  • Le portefeuille des fonds propres de ces banques centrales
  • Le portefeuille des fonds de pensions de ces banques centrales

Notre cadre comparatif nous ramène à la structure par actifs des réserves de change des banques centrales des pays émergents notamment celles de la Chine, de l’Inde, du Brésil, de la Russie, de l’Afrique du Sud et du Mexique.

Tour-a-tour, nous explorons les trois postes essentiels de cette structure, notamment :

  • Actifs liquides et dépôts bancaires
  • Obligations publiques et agences
  • Autres instruments et obligations privées

Rappelons ici que chroniquement parlant, la loi de l’offre et de la demande économique traduit fidèlement une vérité jamais démentie des marchés financiers : la demande d’actifs risques est toujours inferieure à l’offre de ces mêmes actifs. Voici donc un volet crucial d’une politique monétaire saine et de stabilité financière optimale que les pays d’Afrique n’ont même pas encore exploré.

7.11. NOUVELLE STRATEGIE DE CROISSANCE

La nécessité d’une nouvelle stratégie de croissance en Afrique et en Afrique francophone particulièrement doit réconcilier la notion de croissance elle-même en support à celle du développement dans une forme de tandem qui va de paire.

Pendant près de six décennies, il a été possible d’assister à des périodes de croissance soutenues sans émergence ni encore moins développement économique du fait de l’inadéquation des politiques d’accompagnement mis en place pour les pouvoirs publics de ces pays sous la houlette de conseils aux desseins quelque fois inavoués reçus des agences multilatérales de développement ainsi que des organismes bilatéraux du club de la communauté des pays donateurs.

Le développement d’un pays n’a rien à voir avec les notions de charité ou d’altruisme mal fagoté qui ne servent qu’à procurer une bonne conscience à ceux qui tentent de contrôler le destin des nations ainsi assistées.

Une croissance économique soutenue dans la durée, à l’instar de celle de la Chine, de l’Inde et du Brésil dans les décennies 1990 a 2010, n’a été possible qu’à l’aide, à la fois; d’une ouverture plus progressive vers l’extérieur avec les dividendes de cette croissance accumulée, qui, dans une certaine mesure à procurer l’effet de boosting du multiplicateur économique de façon exponentielle ; et par le truchement d’un recentrage endogène de la sphère de stimulation des besoins locaux qui ont finit par créer le grossissement des classes moyennes. Les forces exogènes du marché, mues par la quintessence du dynamisme endogène, ont elles aussi fini par plier sous l’équilibre des forces économiques en compétition en faveur de l’émergence nationale.

Le commerce extérieur, en support à une politique d’expansion agressive sur de nouveaux marchés, catalyse le renforcement incontournable des capacités économiques, sociales et mêmes culturelles des nations qui progressent pour asseoir une base indispensable à l’émergence. C’est de cette assise que découle l’attraction à l’investissement direct étranger, qui de façon quasi-automatique, commande les délocalisations en masse. Quoi que tenue par une conception étriquée de l’incitation à la délocalisation, l’inverse n’a jamais été vraie pour aucun des pays émergents d’aujourd’hui. Il faut que cette vérité soit claire et limpide dans le subconscient des pouvoirs publics africains.

Une nouvelle stratégie de la croissance devrait donc recentrer la capture des fruits de la croissance vers le boulevard des nouvelles prospections économiques des pouvoirs publics en phase avec les besoins de leurs populations et non, comme se fut le cas depuis 60 ans, vers la réévaluation ponctuelle des objectifs aberrants de développement fixés unilatéralement par ceux-là même qui ont intérêt au maintien du statu quo.

La quintessence du dynamisme endogène, mise en parallèle avec l’aspiration économique affluente des classes moyennes, demeure le principal crédit à la capture de toutes les opportunités nationales qu’un pays pourrait avoir. Et c’est cette singulière motivation qui libère des jougs les plus tenaces. Je ne veux pas de toi, affubler de ton joug, pourrait aussi vouloir dire que je recèle en moi tout ce qui est en toi en soustrayant ce que ton joug m’impose.

Si la stratégie de la croissance bute sur des impératifs autres que l’intérêt national autocentré, alors le choix doit être clair et net : rompre les amarres d’un marché de dupes au risque et en contrepartie de perpétrer la damnation économique de son peuple. Ceci est la marque des grandes nations émergentes qui ont réussit contre vents et marées à s’imposer dans le partage des gains en contrechocs.

  1. LES JALONS A METTRE EN ŒUVRE POUR L’EMERGENCE ECONOMIQUE EN AFRIQUE FRANCOPHONE

Au delà du statu quo, un nouveau modèle africain se déclinera au travers des jalons suivants :

Jalon 1 : Identification des besoins

Jalon 2 : Balance des exportations et des importations

Jalon 3 : Impulsion de la production domestique

Jalon 4 : Acquisition de la technologie de production

Jalon 5 : Amélioration des techniques de production

Jalon 6 : Elévation du niveau de qualifications de la main d’œuvre

Jalon 7 : Substitution des importations

Jalon 8 : Développement des exportations et augmentation des salaires

Jalon 9 : Acquisition de technologies de production sophistiquée

Jalon 10 : Emergence économique

  • IDENTIFICATION DES BESOINS

Les besoins des populations d’Afrique Francophone partent de l’établissement et de la conception d’une matrice de canalisation des besoins à moyen, long et très long-termes. La prospective démographique de nos pays favorise une embellie en terme d’avantage comparatif lié à la vigueur d’une population jeune qui ne demande en fait qu’une une éducation de qualité et des rebouchés réels pour des emplois surs et durables.

Les fondamentaux macroéconomiques doivent être calibrés et rééquilibrés, non pas pour les entrevoir comme des tares, mais plutôt comme des challenges à parfaire. De tout temps, les partenaires au développement n’ont eu de cesse de les utiliser pour pénaliser l’Afrique en lui proposant des deals approximatifs et avilissants au fil des décennies.

C’est donc à travers la matrice de l’identification des besoins que nous arriveront à casser la kyrielle des mythes mélodramatiques, mise en face de nous comme tare à notre émancipation économique. Il est donc impératif de la concevoir de façon rigoureuse pour contrecarrer la primauté des intérêts autres que les nôtres. Je rappelle ici que la plupart des plans d’émergence économique des pays francophone d’Afrique consultés ne dispose pas de cette matrice.

Les besoins essentiels de l’existence humaine s’articulant entre se nourrir, se vêtir, se loger, se soigner, s’éduquer, travailler, se divertir, se défendre, procréer et entretenir sa descendance, il est donc évident que cette matrice d’identification de nos besoins axera ces grandes orientations sur ces nécessités socio-économiques.

Au-delà de ces orientations, la prospection économique tiendra compte des retombées logiques engendrées par ce que les perspectives actuelles nous offrent : qu’avons-nous sous nos pieds, sur notre sol et au-dessus de nos têtes ? Comment maximiser nos perspectives pour éliminer nos challenges et défis présent et futur ? Comment créer un système propre à nous pour combattre un système qui nous tire vers le bas depuis la nuit des temps ? Quel est le prix à payer, ce faisant ? Voici donc les approches axiomatiques qui contribueront à l’émergence et au développement économique de nos pays. Les réponses existent.

  • BALANCE DES EXPORTATIONS ET IMPORTATIONS

Les exportations et importations des pays d’Afrique francophone ont toujours constituées un nœud gordien au fond de l’abysse de son sous-développement. Les déséquilibres endémiques générés par leurs constitutions maintiennent ces pays dans un déficit commercial quasi-permanent qui sapent non seulement la capacité à épaissir les visions économiques à long-terme mais déclenchent les cycles conjoncturels du marasme des économies sous perfusion. Ce surplace systémique ainsi créé déplace d’apparents problèmes qui se transforment en crises et qui finissent par faire revenir à la case de départ.

Redéfinir les politiques de mise en valeur des secteurs clés des économies africaines est une nécessité primordiale pour la satisfaction des besoins locaux et qui, par ricochet, réduirait de façon drastique le différentiel désavantageux qui existe entre l’importation et l’exportation. Cette action repose sur la prospection gouvernementale à l’endroit de tous les agents économiques nationaux, ultimes acteurs pour la vraie stimulation de l’entreprise et de l’industrie de grande envergure.

  • IMPULSION DE LA PRODUCTION DOMESTIQUE

La production domestique représente le baromètre qui marque le dynamisme de toute économie. Son impulsion vers une capacité accélérée repose sur des mesures de protection légitime de l’économie nationale au détriment des forces exogènes du marché qui tentent de capturer les opportunités délaissées ou occultées (souvent par faute de moyens) par l’entreprenariat national.

En perspective, nous avons identifié un certain nombre d’indicateurs et de facteurs qui devrait normalement permettre de jauger le caractère tangible d’une telle impulsion. En l’occurrence, nous avons établi des mesures innovantes par lesquelles nous exposons ces indications aux facteurs tels que : la gouvernance, la stabilité, le capital humain, les ressources naturelles, l’organisation structurelle et le gap de connectivite. La nature intangible de telles perceptions n’enlève en rien à l’importance qu’elles recèlent tant elles apparaissent occultées par les pouvoirs publics des pays francophones d’Afrique.

En prospective, nous avons également établi un certain nombre d’indicateurs et de facteurs tout aussi important les uns que les autres, à savoir, les mesures d’adéquation, d’adaptation, de transformation économique, d’ouverture, d’éducation et de formation, de forces exogènes et de déploiement endogène.

  • ACQUISITION DE LA TECHNOLOGIE DE PRODUCTION

La technologie de production est l’épine dorsale de toute révolution économique depuis la nuit des temps. Les moyens de son acquisition sont à la portée de tous les pays d’Afrique francophone par l’ajustement judicieuse des contreparties de leurs exportations. Les pôles d’émulation ne manquent également pas de candidats pour son expansion à travers les jeunesses laborieuses et celles bien éduquées.

L’élaboration d’un plan national à cet effet permettra d’isoler les besoins, de définir leur achoppement et surtout de comprendre sa portée réelle sur les économies africaines.

Une fois ce plan élaboré, son financement devient une suite logique dont le matérialisme tangible coulera de source parce que justement la visibilité de son impact dopera sa réalisation. C’est ainsi que les pays émergents ont pu tuer cette culture de l’impossibilité qui anesthésie encore le dynamisme de l’Afrique.

  • AMELIORATION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION

Les techniques de production offertes aux pays francophone d’Afrique sont en déca de ses ambitions économiques. Ici, il s’agit plutôt de s’offrir à soi-même les outils de transformation de son propre quotidien. L’adoption des techniques génériques de production ne devrait être orientée que vers nos propres besoins, affinée à nos propres réalités et dirigée vers notre modèle de consommation propre a nous.

Les transpositions des techniques de production venues d’ailleurs et qui ne reflètent en rien notre modèle de consommation nous confrontent aux inadéquations de notre mode de vie. Investir dans la recherche et le développement, en prenant nos besoins nationaux comme repères, permettra en un temps record de juguler ces insuffisances notées dans nos productions.

La base de notre industrialisation ne doit s’accommoder que de nos besoins en premier ressort.

  • ELEVATION DU NIVEAU DE QUALIFICATIONS DE LA MAIN D’ŒUVRE

Le niveau de qualifications de la main d’œuvre dénote le faible capital humain de nos pays. Notre système éducatif génère un nombre croissant de théoriciens qui ont très peu été exposé au pragmatisme éducatif des systèmes anglo-saxons.

A l’instar de la France qui produit 11% de chômeurs sortis de son système éducatif, l’Afrique francophone réplique ce piteux palmarès en plus grave depuis les indépendances.

Le modèle anglo-saxon propose, en ce domaine, des innovations qu’il suffit d’imiter et d’émuler par des formations qualifiantes, des apprentissages en entreprise et des séminaires de recyclages permanents pour améliorer le niveau de qualifications de la main d’œuvre.

  • SUBSTITUTION DES IMPORTATIONS

La substitution des importations fut une pièce maitresse de la politique d’émergence économique du Brésil et elle a débuté dès les années 1930. Cette stratégie de développement qui consiste à remplacer progressivement sur le marché intérieur les biens de consommation par une production locale fut reprise par les pays d’Amérique latine et un nombre considérable de pays d’Asie.

Le protectionnisme éducateur qu’elle pourvoie permet le développement d’activités nouvelles à l’abri de la concurrence internationale. Sa mise en œuvre passe forcément par le maintien de prix élevés sur le marché intérieur qui attire les capitaux étrangers à cause justement des perspectives de profits consistants.

Cependant, une telle stratégie a aussi un revers auquel il faut remédier : son caractère protectionniste favorise le développement d’une industrie rentière, non compétitive, prélevant un surplus sur les revenus agricoles, ce qui freine à la fois la modernisation du secteur primaire et le développement des autres activités de biens de consommation.

Des lors, il appartient donc aux états francophones d’Afrique de mettre en place des politiques saines des finances publiques sans recourir aux subventions des activités protégées qui pourraient accroitre les dépenses publiques et conditionnées l’usage excessif de l’émission monétaire avec ce que cela suppose comme menace inflationniste.

  • DEVELOPPEMENT DES EXPORTATIONS ET AUGMENTATION DES SALAIRES

Le tandem hybride qui conjugue le binôme économique de l’exportation et de l’augmentation du salaire est aussi une pièce maitresse de l’émergence économique des pays d’Afrique francophone.

A la loupe, le rapport entre exportations et le PIB classe les pays d’Afrique francophone sous la lucarne des pays à fort taux d’extraversion, en dépit de l’apparence à contrario. Mieux, la taille de leurs populations qui les caractérisent comme des marchés intérieurs étroits renforce encore davantage ce taux d’extraversion.

Le développement des exportation s’appuiera donc sur des activités exploitant un avantage relatif détenu par le pays, par exemple une main-d’oeuvre bon marché, dans le but d’exporter la production sur le marché mondial, en s’appuyant sur une compétitivité-prix favorable.

Les recettes d’exportations s’accroissant de manière quasi-exponentielle permettront aux états de les orienter vers un double récipiendaire :

  • l’implantation d’activités à forte valeur-ajoutée et,
  • la subvention des salaires les plus bas, le temps de tirer les dividendes de la substitution des exportations ainsi réalisée.
  • ACQUISITION DE TECHNOLOGIES DE PRODUCTION SOPHISTIQUEE

L’acquisition de technologies de production sophistiquée est la phase cruciale qui marque l’indice de pré-émergence d’une nation.

A l’exception relative de certains pays du Maghreb arabe-francophone, aucun autre pays d’Afrique francophone n’est à ce stade d’acquisition de technologies de production sophistiquée. Et pourtant, ils ont tous les capacités financières à faire matérialiser cette transition cruciale vers leur émergence économique voire même vers le développement.

L’établissement de ces pôles d’acquisitions passe par une politique concertée à l’échelle sous régionale puisque ces structures existent déjà. Il est possible d’établir une grille des dotations par le truchement d’un mécanisme financier mis en place a cet effet, qui, peut s’étendre sur le très long-terme et amorti de façon raisonnable sur la base d’une quote-part spécifiée aux échelles nationales. Qui pourrait nous interdire d’agir de la sorte ?

  • EMERGENCE ECONOMIQUE

L’Emergence économique des pays d’Afrique francophone se traduira en réalité par le grossissement considérable des classes moyennes africaines qui, à son tour, étendra l’effet de catalyse de la provision des emplois, du pouvoir d’achat et donc de la consommation en masse.

Les technologies de production sophistiquée acquises durant la phase de pré-émergence économique, ayant déjà servi à restituer la place qu’il sied a l’industrie africaine face à la mainmise des multinationales étrangères déphasées par le développement des exportations et l’augmentation des salaires ; par la substitution des importations qui répondent désormais de l’impulsion de la production domestique tant en termes de l’affinement des besoins locaux qu’en proportionnalité quantitative ; deviendront l’assise solide sur laquelle reposera la croissance accélérée soutenue dans la durée.

Dans une logique de maintenir cette soutenance, il est nécessaire de faire en sorte que cet apport technologique se métamorphose pour phagocyter de façon intelligente les avantages comparatifs africains non-transférable ailleurs en créant des pôles de rétentions commerciaux et des niches de consommations typiquement africaines dont la duplication par toute force commerciale étrangère commandera une toute aussi inévitable métamorphose. C’est à ce prix que l’Afrique créera ces propres multinationaux.

  1. CONCLUSIONS

Cette étude s’est appesantie sur la problématique de l’émergence économique en Afrique francophone. Elle a porté un regard froid et décomplexé sur:

  • La définition de la notion d’émergence économique telle que l’édicte la configuration économique des pays qui l’ont [ou qui prétendent l’avoir] atteint.
  • Les conditions sous-jacentes qui mènent à son achoppement en tenant compte de la dynamique d’un monde soumis aux mutations accélérées face à celui-là réfractaire aux mêmes mutations tout en restant candidats à cet idéal.
  • Les éléments de mise en œuvre à même de garantir la réalisation de ce vœux (encore pieux) et selon la possible modification des rigidités ambiantes dans un espace émietté tant par sa géographie que par ses valeurs généralement approximatives en terme de gouvernance économique. Et enfin, elle tente de poser :
  • Les jalons d’une prospection qui va au-delà de la vision écornée du « leader-éclairé » en phase de tango sur un surplace qui ne voit, hélas, pas au-delà d’un nombrilisme redondant.

Sa déclinaison fut axée sur un cadre référentiel et comparatif d’observations; le poids de la France dans le monde et sur cette partie du monde; les conditions qui mènent à l’émergence ; ses éléments de mise en œuvre; ses jalons stratégiques et une nouvelle stratégie de croissance pour l’atteindre au sein des pays d’Afrique francophone.

Nous avons, tour- à -tour, exploré un environnement complexe et proposé des outils innovants et des mécanismes adaptés aux configurations singulières des économies d’Afrique francophone.

L’Afrique francophone peut-elle émerger économiquement ?

Cette question centrale nous amène vers une série de réponses complexes de par sa gravité mais aussi de par l’énorme perspective ambitionnée qu’elle pourrait engendrer. Il ne s’agit surtout pas ici de se diriger vers des réponses catégoriques toutes faites : l’Afrique francophone, prise dans son ensemble comme pris individuellement pays par pays, recèle des atouts indéniables pour une émergence économique fulgurante voire un développement économique accéléré, sans pour autant que l’on occulte ses tares, ses insuffisances et ses lacunes de nature structurelles, conjoncturelles et celles liées tangiblement à la gouvernance approximative de ses élites dirigeantes.

Le poids excessif de la France dans son fonctionnement quotidien est une tare contrairement aux idées véhiculées de part et d’autre de ce partenariat à sens unique. Elle est instrumentale au bilan économique de cette partie du monde qui absorbe depuis plus d’une centaine d’années son hégémonie et l’essentiel de son influence à travers le monde.

Elle contrôle sa politique monétaire et financière et possède des bases militaires stratégiquement positionnées à travers ce qu’elle considère elle-même comme étant son precarré.

Qu’est ce qui donne a la France le droit d’avoir un precarré en Afrique ? Ses multinationales raflent la part du lion des appels d’offres d’envergure et autres prestations cédées par les états francophones de façon quasi-certaine.

Sa politique africaine est émaillée de scandales, de manque de transparence et surtout d’une opacité très souvent criminelle faite de coup d’états, d’attentats, de guerres civiles, de déstabilisations des régimes ou de soutiens occultes des dictatures pour le renforcement de son influence et la préservation de ses intérêts économiques et financiers imposés souvent de force.

Ce fardeau français sur l’Afrique francophone sape de façon durable sa faculté à penser pour elle-même et à diriger ses grandes orientations nationales vers une réelle émergence économique. Les fondements juridiques du commerce général ; des sociétés commerciales et du groupement d’intérêt économique ; de l’organisation des suretés ; des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution ; des procédures collectives d’apurement du passif ; de l’arbitrage ; de l’harmonisation des comptabilités d’entreprises et du droit des sociétés coopératives, ne sont nullement en phase avec les configurations économiques réelles de ces pays d’Afrique francophone. Ils ne servent qu’à transposer les réalités françaises sous les tropiques sans tenir compte des postures diamétralement opposées qu’énonce leur rapport de force naturel au plan strictement économique.

En l’état, aucun pays d’Afrique noire francophone ne remplit les conditions pouvant conduire à l’émergence économique. Et pour certains de ces pays, même les conditions de pré-émergence ne sont pas réunies.

Cette situation contraste avec certains pays du Maghreb arabo-francophone : la Tunisie, l’Algérie, l’Egypte et le Maroc ont des taux d’ouverture plus élargi que leurs voisins au Sud du Sahara en dépit de leur infériorité en terme de matières premières. Cette relative force que procure le taux d’ouverture plus élargi positionne cette partie de l’Afrique, le Maghreb, comme un partenaire sérieux avec le reste du monde en terme de commerce extérieur et d’attractivité d’investissement directs étrangers. En outre, il faut noter qu’aucun de ces pays du Maghreb n’a de liens monétaires semblable à ceux de la zone Franc comme s’est malheureusement encore le cas en Afrique noire francophone.

Serais-ce la une indication de la cause pernicieuse de la tutelle monétaire française sur l’Afrique ? Nous avons clairement détecté une vérité économique à l’allure d’une précision scientifique qui démontre ce qui suit :

  • A l’observation des pays émergents tels que la Chine, l’Inde et le Brésil, on note une tendance indéniable et affirmée de l’incidence des rapports qui existent entre la base monétaire, l’agrégat monétaire M2 et le crédit de ces pays en terme de pourcentage de glissement annuel entre ces mesures. Au delà de la réalité des chiffres, la tendance dicte un glissement annuel en pourcentage qui met en exergue une constance de l’agrégat monétaire contre les fluctuations opposées de la base monétaire par rapport au crédit sur au moins douze ans (1998-2010).
  • Chaque dépréciation de la base monétaire tend à augmenter le crédit pendant que l’agrégat monétaire, lui, demeure constant. Ce mécanisme qui traduit le dynamisme d’une économie émergente ou en passe de le devenir reste figé dans l’ensemble des pays francophone d’Afrique évoluant dans la zone franc. Pourquoi ? La raison est simple : la création de crédit est bloquée par la France à travers ses administrateurs qui siègent dans les banques centrales de la zone franc ou l’unanimité est de rigueur pour mettre en œuvre de telles politiques économiques expansionnistes qui, par ricochet, nonobstant une recrudescence de la consommation locale de masse, ouvriront davantage ces pays au commerce extérieur mondial.

La quasi-totalité des « plans d’émergence économique » que nous avons examiné ne tiennent pas compte d’une politique de croissance conjuguée à la reconfiguration de leurs atouts nationaux ni encore moins des orientations idoines qui devraient découler de telles actions. Il s’agit, pour la plupart des cas, d’une sorte de récital grégaire juxtaposant les approximations d’orfraie de la sempiternelle réorganisation des structures sectorielles chantées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international depuis 60 ans. Cette recette n’a jamais marché et ne marchera jamais pour la simple raison que l’émergence économique, tout comme la révolution industrielle, tient d’abord de l’émulation des classes moyennes grossissantes qui pourvoiront le plein emploi pour les masses laborieuses.

Or, nous avons deux choses au moins des réalités africaines :

  • La création des richesses part du point de régénération de la valeur-ajoutée. L’Afrique francophone située au Sud du Sahara n’a pas ce point de régénération de la valeur-ajoutée de ses exportations. Les conditionnalités de son « partenariat » avec la France lui interdisent de viser ce point d’achoppement.
  • Ce sont les classes moyennes qui créent la richesse. La stratification sociale des pays d’Afrique francophone est édifiante : la petite concentration de la minimaliste classe moyenne tient plus des accointances politiques que de l’activité économique à proprement dite.

La révision donc des conditionnalités enfouies et camouflées par la France à travers son « partenariat » avec l’Afrique est le premier objet à démanteler de façon sans équivoque et entièrement. Seule cette nécessité impériale propulsera enfin le continent vers les jalons stratégiques d’émergence économique que nous avons élaborés plus-haut :

  • Les pays francophones d’Afrique, notamment ceux qui évoluent au sein de la zone CFA (Colonies françaises d’Afrique de 1939 devenues communauté française d’Afrique en 1958), se confinent dans le seul système monétaire colonial du monde qui interdit toute latitude d’interaction monétaire et financière avec le reste du monde en dehors de la France.
  • La centralisation des réserves de change des pays de la zone CFA dans un compte d’opérations auprès du Trésor Public Français dépouille ces pays de la moitié de ces réserves de change chiffrées à plus de 12 Milliards d’Euro. Cette manne financière d’une importance capitale à l’investissement en Afrique est placée par la France sur le marché financier international et lui rapporte des intérêts de l’ordre de plusieurs centaines de millions d’euros par an dont une infime partie est reversée aux banques centrales africaines (BCEAO et BEAC). Pire, il est de notoriété publique que ce reversement est comptabilisé dans « l’aide public au développement » de la France en Afrique.
  • La rigueur budgétaire ainsi imposée à tous ces pays francophones d’Afrique, à l’exception notable de ceux qui ont réussit a créer leurs propres monnaies (notamment ceux du Maghreb, la Mauritanie, la Guinée et Madagascar), se fait aux dépens de l’investissement si crucial au décollage économique de ces mêmes pays.
  • Cette rigueur budgétaire plombe non seulement les marges d’expansion du commerce intérieur pour stimuler la demande nationale mais elle enlève toute initiative tendant à pénétrer le monde du commerce extérieur sans l’aval de la France.
  • Quant on observe le glissement annuel en pourcentage du PIB en valeur par rapport à son évolution avec les taux d’intérêts à long et court termes à la fois, on constante dans les pays émergents (Chine, Inde, Brésil et Afrique du Sud) que la hausse de la valeur du PIB (2001-2011) augmente le taux à long terme, qui, lui demeure constant par rapport au taux à court terme. Et quand cette tendance s’inverse, comme ce fut le cas entre 1998 et 2001, seul le taux à long terme excède le glissement annuel du PIB en valeur. Qu’est ce que cela nous laisse présager ?
  • Un taux de croissance économique soutenu dans la durée dans les pays francophones d’Afrique ne peut à lui seul impulser l’émergence économique que si une ouverture plus marquée sur le commerce extérieur, en dehors de celle canalisée par la France, est appliquée de façon décomplexée par l’ensemble de ces pays.
  • Le glissement annuel en pourcentage des exportations contre les importations permet aussi de jauger la dynamique d’émergence économique des pays. Les balances commerciales excédentaires résultent généralement de la diminution de la dépendance des importations qui tiennent, quant à elles, de la montée de l’industrialisation d’une part et des investissements directs étrangers conséquents d’autre part.
  • Or, sur ce volet, nous connaissons tous les contraintes structurelles qui laminent le continent africain en général et les pays francophones en particulier. A cela, il faut ajouter la précarité ambiante de l’environnement des affaires et du manque de transparence des pouvoirs publics dans la gestion du quotidien de leurs concitoyens.
  • Si, à travers ses exportations constituées essentiellement de matières premières, l’Afrique francophone se mettait à accumuler des réserves de change et se dotait des moyens politiques de les contrôler d’elle-même, elle pourrait indéniablement générer d’importants excédents commerciaux qui pourraient non seulement impulser une nouvelle dynamique d’investissements internes au sein des pays et même dans le reste du monde. Ce cas s’applique aujourd’hui au Nigeria dont les exportations cumulées n’excèdent pas celles des pays francophones africains de la zone franc mis ensemble.
  • En terme d’importations, la dépendance téléguidée vers une provenance non diversifiée pose aussi le problème de la surenchère des couts sur des économies déjà fragilisées par des contraintes financières très draconiennes. La diversification des partenaires et de la source des importations devrait normalement alléger de façon substantielle ce goulot d’étranglement.
  • Les Accords de Partenariats Economiques (APE), initiés en ce sens par l’Union Européenne, n’ont eu de cesse d’être décriés depuis 2008 par votre serviteur comme incarnant un marché de dupes aux proportions épiques qui n’auront que le mérite de couler davantage ces fragiles économies africaines appelées à subir des mutations salvatrices dans les décennies à venir.
  • La croissance de PIB (Produit intérieur brut) en volume dans les pays francophones d’Afrique démontre, au fil des décennies, une criarde dichotomie qui met en exergue une curiosité de la norme économique : la distinction entre PIB en valeur et PIB en volume est fondamentale en ce sens qu’elle indique un certain nombre de phénomènes économiques sous-jacents pour justifier sa teneur. Or, que constatons-nous en Afrique francophone comparativement à la norme mondiale en terme de croissance quantitative du produit intérieur brut ?
  • Sur une trajectoire d’évolution de toute croissance économique, ce qui compte réellement est de savoir si celle-ci s’explique davantage par la hausse de la quantité, du volume, ou par la hausse du prix. La croissance en volume des pays francophone d’Afrique échappe, en règle générale, à l’influence pernicieuse d’une inflation galopante et devrait, de ce fait, receler une appréciation plus quantitative en terme de production plutôt que celle procurée par l’entremise fluctuante du mécanisme du prix. Cette notion se renforce également par une constance voire une détérioration assez perceptible des termes de l’échange des matières premières (hors pétrole) exportées par ces pays. Malgré ces facteurs favorables, la croissance en volume du PIB de ces pays dénote un écart par rapport à celle en valeur, un écart, qui contredit la stabilité inflationniste de cette zone du monde. Où réside donc le problème de la dichotomie entre croissance réelle et croissance en volume en Afrique francophone ?
  • En filigrane, l’observation des pays émergents nous ramène à la tangibilité d’une réalité toute autre: les périodes pré-émergentes de la Chine dans les années 80, celle de l’Inde et de l’Afrique du Sud dans les années 1990 et celle plus récente du Brésil dans les années 2000, furent toutes marquées respectivement par une inflation galopante a l’échelle mondiale (fin 70 et début 80) ; une inflation presque négative dans les années 90 et enfin une inflation maitrisée dans les années 2000. Ces pays émergents ont, donc, chacun en ce qui le concerne, pu tirer profit d’une croissance réelle du PIB en valeur qui, dans la plupart des cas, a surpassé la croissance en volume.
  • Il s’agit, donc, ici de ne plus se voiler la face : l’attractivité des investissements directs étrangers dépend de l’environnement des affaires en premier lieu et les excuses présentées pour marquer le fatalisme et l’insolvabilité des questions liées à la corruption sont du ressort du laxisme au niveau de l’institution d’Etat qui sape la destination financière de ces pays.
  • L’argumentaire selon lequel la perception des risques liés aux pays tant pour leur solvabilité que pour leur stabilité a très peu de rapport réel, en commune mesure, avec la capture d’énormes opportunités d’affaires qu’offrent ces pays a l’investisseur étranger. Il s’agit dans la plupart des cas des effets d’amplitudes savamment distillées et scientifiquement calibrés par ceux-là mêmes qui ont tout intérêt à éloigner de potentiels concurrents sur des platebandes qu’ils considèrent comme les leurs. Il revient donc aux pouvoirs publics de ces états francophones d’Afrique de joindre l’acte à la parole par un démantèlement systématique de cette perception des risques. L’assise de la solvabilité des états passe par la création d’un mécanisme centralisé d’affinement des créances dont l’épuration est mise en œuvre de façon rationnelle, méthodique et conséquente à travers une grille qui décline les priorités, les délais et les performances exécutoires.
  • Les investissements effectifs à l’étranger de l’Afrique francophone vis-à-vis du reste du monde dénote un déséquilibre structurel de la balance totale de son interaction financière et économique avec ses partenaires au développement en ce sens que cette interaction demeure unilatéralement un réceptacle qui procure d’énormes opportunités aux autres sans pour autant qu’elle [Afrique francophone] n’investisse à son tour vers ces destinations.
  • L’analyse traditionnelle est celle des « déséquilibres globaux ». L’Afrique francophone a un taux d’épargne moyennement très bas, dû à la fois à la minimaliste épargne des ménages (avec la faiblesse ou la quasi-inexistence de la protection sociale, la hausse des prix de l’immobilier et la récente surenchère du coût de la vie) et à la raréfaction de l’épargne des entreprises (avec le partage des revenus au détriment des salariés plombé par le rapatriement traditionnel des profits vers l’Occident), elle a des déficits commerciaux paradoxalement à sa recrudescence d’entrées de capitaux dues à l’attrait de rendements plus élevés et à la perspective d’une possible dévaluation du franc CFA.
  • Pour la sécurisation d’approvisionnement des matières premières du reste du monde, l’Afrique francophone pourrait, comme un seul homme, réclamer un quota graduel de transformation sur place par voie de délocalisations sur son sol. Ce quota graduel doit être couplé avec une mesure d’ouverture de capitaux aux investisseurs nationaux avec un léger contrôle de change sur les profits à rapatrier à l’étranger.
  • Pour la diversification des réserves de change, elle pourrait acquérir directement les instruments financiers et titres fiduciaires émis par les institutions financières de ces pays-clients en contrepartie des recettes ainsi régénérées pour se protéger des contrecoups résultant des chocs monétaires d’un monde en pleine mutation. De ce fait, elle participe directement à une plus grande ouverture sur le monde et capture une marge saine de la performance de l’économie mondiale en tant qu’investisseur direct, sinon au moins partie prenante, au plan mondial.
  • Pour l’acquisition des technologies, les deux mesures citées plus haut lui procurent un accès direct sur ce marché sans avoir a négocier avec quelque nation (ou groupe de nations) que ce soit pour recadrer sa politique industrielle.
  • L’effet de capture direct sur la base monétaire mondiale des pays d’Afrique francophone reste imperméable aux politiques économiques expansionnistes de ces pays face a la barrière française qui calibre à sa guise les orientations et les performances économiques réelles de ceux-ci pour maintenir une dépendance malsaine assise sur une pauvreté endémique dans la durée.
  • Les surfaces financières des zones économiques de l’UEMOA et de la CEMAC, toutes deux juxtaposées au sein de la zone Franc CFA, définissent les coordonnées de leurs périmètres à Paris, auprès du trésor public français, qui en quelque sorte détermine de l’usage réelle du fruit de leurs croissances respectives en s’érigeant en courroie de transmission auprès des agences multilatérales de développement et les institutions financières internationales.
  • Cette notion qui affuble la France du rôle « d’Avocat de l’Afrique » auprès de ces mêmes institutions lui permet à la fois d’asseoir une influence néfaste qui sape le décollage économique de ces pays tout en faisant figure de mécène à l’altruisme applaudi par soi-même.
  • La base monétaire mondiale, traduite actuellement par une croissance très forte de la liquidité, soutient l’économie mondiale, à l’exception notoire des pays d’Afrique francophone, par des mécanismes déjà éprouvés tels que la baisse des taux d’intérêts à toutes maturités, les hausses des prix des actifs et effets de richesse, la stimulation de la distribution de crédit et la possibilité d’un endettement public plus élevé.
  • L’Afrique francophone vit en marge de l’économie mondiale. En filigrane, cette partie du monde ne tire pas vraiment profit d’une quelconque embellie économique mondiale et paye presque toujours pour ses frasques conjoncturelles qu’elle ne crée guère parce que dans ces deux cas de figures, la France lui impute à la fois les dividendes de toute embellie et la pénalise pour ses propres contre-performances à elle [la France].
  • Ce gap de connectivité créé et entretenu par la France sur ses ex-colonies sur le reste du monde est le frein le plus tangible au recul économique et au maintien dans la précarité absolue pour ses populations qui sont parmi les plus pauvres du monde.
  • En terme de perspective pour solutionner ce problème, il s’agit là encore de voir les réalités en face : s’affranchir de cette tutelle monétaire oppressante de la France qui n’offre aucune latitude pour mettre en œuvre des politiques économiques expansionnistes ; établir, en support de celui de Paris, divers point d’ancrage du commerce extérieur sur d’autres places financières du monde telles que la City de Londres, Wall Street, Tokyo, Frankfurt, Shanghai, Bombay, Sao-Paulo, Toronto, Milan, Johannesburg, Mexico, Dublin, Sydney, Caracas, Djakarta, Kuala Lumpur, Bangkok, Manille, Dubaï, Abu Dhabi, Doha et autres.
  • En outre, il est évident que si l’Afrique francophone n’était assujetti au gap de connectivite crée par la France sur ses économies face au reste du monde, la croissance forte de la liquidité mondiale (base monétaire) et conjuguée de celle de la masse monétaire aurait booster cette partie du monde.
  • A l’inverse, toute décroissance de la liquidité mondiale ramène l’Afrique francophone dans le prévalant statu quo dans lequel elle est restée confiner depuis 60 ans : taux d’intérêts usuriers, baisse constante des prix des actifs, freinage du crédit, difficultés accrues pour les finances publiques des pays à dette publique élevée et perte de la croissance au gré des cycles conjoncturels selon les décennies.
  • A l’observation des taux d’intérêts sur les emprunts d’état, il en ressort des tendances édifiantes : la traditionnelle levée des fonds par le biais des agences multilatérales de développements, des organismes bilatéraux et des institutions financières internationales n’a servi qu’a gérer un quotidien de plus en plus précaire au cours de ces soixante dernières années a l’échelle de tous les pays d’Afrique francophone. Pourquoi ? Les taux d’intérêts appliqués sur ces créances réputées concessionnelles pour la plupart, s’accouplent d’une conditionnalité carrément anti-développement, anti-expansionniste et surtout perméable au contrôle exclusif sur ces économies soumises au joug du club des bailleurs de fonds. Ce phénomène est le premier marché de dupes de la finance précaire, de seconde main, qui n’a rien à voir avec une finance dite de développement.
  • La nature concessionnelle de cette forme de finance, incarnée par des taux d’intérêts artificiellement dilués sur le papier mais dont la contrepartie conditionnelle majore cet apport dérisoire au-delà du seuil de l’usure, écarte d’office l’appétit financier d’essence purement privée, qui lui, est porteur de développement parce que justement stimulateur de la création des richesses par la surveillance effective et efficiente de son apport à la fois en capital et surtout en expertise et savoir-faire. Par essence, les états n’ont pas de savoir-faire dans la gestion privée d’une économie et cela n’a d’ailleurs jamais été son rôle.
  • Ce fourre-tout incohérent de la finance publique des pays francophone d’Afrique est le principal frein à la stimulation de l’action privée des agents économiques nationaux qui opèrent en son sein, à l’exception notable des multinationales françaises, reconnues pour leur manque de compétitivité à l’international, mais qui pourtant excellent en situation de monopoles en Afrique.
  • Or, nous savons tous que la distorsion malveillante d’une situation de monopole avérée sur une économie accentue les déséquilibres globaux en opérant une forme d’épuration du surprofit de ces mêmes entreprises qui la rapatrie systématiquement vers la source de leurs capitaux, ne laissant ainsi aucune marge pour les réinvestissements directs au plan local.
  • De ce fait, tout autre investissement additionnel déclenche une surenchère qui se traduit par un nouveau taux d’intérêt de pseudo-obédience concessionnelle avec une conditionnalité usurière et, à la limite, sournoise pour ne pas dire dévastatrice.
  • En outre, les autorités africaines ne sont pas toujours conscientes de la batterie des instruments à leur portée pour limiter l’action néfaste d’une conditionnalité onéreuse qui dope inutilement les taux d’intérêts sur les emprunts d’état soumis à elles : maniement des taux d’intérêts mais aussi des taux de réserves obligataires des banques, des plafonds de crédit et même de la fiscalité par le biais de la taxation des plus-values en capital.

A l’issue de cette étude, il ressort que l’émergence économique est une réelle possibilité en Afrique francophone mais sous la réserve d’une série de conditions, citée plus-haut, sans laquelle cette aspiration devient une chimère.

Il appartient donc aux pouvoirs publics de ces pays francophones de prendre leur courage à deux mains en vidant tous les goulots d’étranglement artificiellement entretenus de leur contenu et en replaçant le citoyen lambda au centre de leur effort vers le développement.

 

Mamadou Ly

 

Advertisements

About mamadoulylinkedin

Mamadou Ly BSc Hons Economics, Accounting & Finance, EMBS (Oxford), ACCA P/Q, GIFEM Group Chairman & CEO, Lybrosis Capital Group Chief Executive Officer, Lyscale Riskgrade Managing Partner of The Black Swan Partnership Chief Originator of the Global Monetary Hedge Portfolio Fund Chief Conceptor & Inventor of LR Megasystem, LCG Global Architectures, Capval, Globecross, EMH, Vestis & Delta High Engines Mamadou Ly is the driving force and the inventor behind the concept of Lyscale Riskgrade, a financial engineering firm specialised in Financial Risk Instruments that embodies breathtaking insights and innovative ways in which Global Markets are penetrated with a scientific precision. Driven by a phenomenal culture of possibilities, he epitomises massive intellect with paradigm-shifting thinking combined with a pragmatic leadership that makes things happen. He undertook private and public global investment research along investment banking, corporate financial accounting and forensic accounting as well as investment management activities for a period of 12 years to come up with this unique set of methodologies made of 13 systems and 64 platforms for the financial, debt, capital and money markets that put the Globe into a unique unified perspective. Motivated by new challenges, he executes and translates success in all endeavours and plays a leading role in implementing initiatives that directly support business goals, corporate strategy and formed opinions guiding future trends in global affairs. He is an Oxford educated graduate Economist and an accountant turned financial engineer and global investment researcher mastering computational languages and algorithmic deployments.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to L’Emergence économique est-elle possible en Afrique Francophone ?

  1. Dr Sy says:

    Félicitations et encouragement ! Bravo pour ce travail !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s